VOUS ÊTES ICI : Accueil Nouvelles Nouvelles de Côte d'Ivoire Nouvelles de Saint-Viateur Côte d'Ivoire : Abidjan (Carlos Orduna), Bouaké (Javier Martinez), Ferké (Roger Debaud)
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Recherche

fasaintviateur.com

Nouvelles de Saint-Viateur Côte d'Ivoire : Abidjan (Carlos Orduna), Bouaké (Javier Martinez), Ferké (Roger Debaud)

Envoyer Imprimer PDF

FONDATION VIATORIENNE DE COTE D’IVOIRE

QUELQUES FLASHS SUR  2007-2008 ET UN REGARD VERS L’AVENIR


Chers amis du F.A.S.V.

A travers  vos actions, vos cotisations, l’envoi des containers d’aide humanitaire, des minis cars etc.,  vous  montrez toujours  votre amour  pour  l’Afrique, pour la Côte d’Ivoire et plus particulièrement pour les  œuvres  éducatives et sociales des Viateurs dans ce pays.

Afin que vous ayez  une perception plus claire de la famille viatorienne  de Côte d’Ivoire et que votre motivation et communion avec nous soient plus intenses,   je vous transmets quelques nouvelles  de l’année écoulée  et  quelques pistes  que j’ai présentées aux Viateurs pour l’avenir. La toile de fond


La Fondation Viatorienne de Côte d’Ivoire poursuit sa marche ascendante dans les différents domaines de sa vie et de sa mission. Cependant, elle continue de subir  les effets de la crise sociale, morale, politique et économique qui a déstabilisé le pays depuis septembre 2002 et qui, six ans après, n’a pas l’air d’arriver à sa fin.

Sur cette toile de fond, je vous présente l’évolution de la Fondation aussi bien  dans sa globalité, en tant qu’entité Viatorienne, que dans ses œuvres, personnes et communautés.

Quelques statistiques :

Viateurs religieux : au 31 Décembre 2007, la Communauté Viatorienne de Côte d’Ivoire comptait 29 Viateurs religieux. En juin 2008, il y a eu deux nouveaux profès (Frères GNAGO Anicet et KOUAKOU Serge). Le nombre des religieux  est monté à 31. Par la suite, il y a eu deux départs de la Congrégation, ce qui ramène de nouveau à 29 le nombre des Viateurs religieux au 31 décembre 2008.

Parmi les 29 religieux, 7 sont Européens et 22  Africains.  Parmi les 7 européens,  3 de la Province de France et 4 de la Province d’Espagne. Parmi les 22 religieux africains, (toujours au 31 décembre 2008) : 11 dans la vie active, 10 aux études et 1 convalescent ;  11 de vœux perpétuels, 11 de vœux temporaires ; 18 frères, 3 prêtres et 1 diacre. Parmi les 10 religieux aux études,  5 au Celaf, 1 à l’I TCJ (Institut Théologique de la Compagnie de Jésus), et 4 aux études universitaires, à Abidjan (2) et à Ouagadougou (2).

Viateurs associés : au 31 décembre 2007, la Fondation comptait 26 Viateurs associés. Le 23 juillet 2008 notre sœur Mme KOFFI Anastasie  a été rappelée à Dieu. Au 31 décembre 2008, les associés sont au nombre de 25 : 18  à Abidjan, 5 à Bouaké et 2 à Ferké. Dix d’entre eux  travaillent dans  nos collèges, deux  à la paroisse N D de Nazareth et treize  à l’extérieur de nos œuvres.

Une année de marche vers un nouveau statut  

L’année 2007-2008 a été marquée par les nombreuses rencontres autour de la question du futur nouveau statut de la Fondation.  Il faut rappeler que déjà en octobre 2007, une première assemblée extraordinaire avait eu lieu à Bouaké sur ce sujet, autour du Supérieur Provincial.  Une deuxième assemblée a eu lieu à Bouaké en décembre 2007 sur le futur statut. Une troisième assemblée extraordinaire,  toujours sur le même sujet, s’est tenue à Bouaké les 10 et 11 mai, autour du Père Général et du Conseiller Général, Père Alain Ambeault.  La réflexion s’est poursuivie pour atteindre son sommet à la rencontre de Vourles, les 15 et 16 octobre 2008. Cette rencontre a réuni autour du Supérieur Général, un comité « ad hoc » composé des Supérieurs Provinciaux de France et du Canada, les Supérieurs des Fondations de C.I. et du B.F., un autre membre de chacune des deux Fondations et le Père Alain Ambeault, Conseiller Général.  La rencontre de Vourles s’est passée dans un climat de franchise et d’ouverture, le regard tourné vers l’avenir.

Le comité « ad hoc » a adopté une proposition de nouveau statut pour la  fondation viatorienne de Côte d’Ivoire. Cette proposition sera présentée au Conseil général extraordinaire qui devrait se réunir en janvier 2009. Si elle est adoptée, ce nouveau statut fera de la Fondation une « Vice- Délégation ».

Célébrations Viatoriennes : moments forts de fraternité

Comme chaque année, diverses célébrations ont rassemblé les Viateurs de la Fondation. C’était  à l’occasion des vœux, des ordinations, des  mariages ou des obsèques. Cette année, nos pouvons souligner :
- les premières professions religieuses des FF KOUAKOU Serge et GNAGO Anicet, le 28/06/08
- le renouvellement des vœux des FF HOUESSINON Wilfried, N’GUESSAN Jean-Claude, GNAMIEN Anatole et BAH Noël, le 28/06/08
- l’ordination presbytérale de Frère Maxime GOMEZ le 29/06/08.
- le mariage  du Viateur associé BE KOUADIO Raphaël le 31 Mai 2008.
- les obsèques de Mme KOFFI Anastasie, décédée le 23 juillet 2008.
- la réception des ministères institués du Frère Augustin KONE le 27 décembre 2008
- l’ordination diaconale du Frère Jean Didier SOHOTODE, le 27 décembre 2008.

Ces célébrations ont mobilisé l’ensemble des Viateurs qui se sont organisés chaque fois  en commissions (liturgie, accueil, restauration, transport, etc.) pour la réussite et la bonne organisation. Ces  équipes sont à féliciter car elles travaillent à chaque occasion avec  grand dévouement et abnégation, et contribuent à créer un climat d’ordre, de bonne organisation et de fraternité.

L'élévation des oeuvres viatoriennes vers la sortie de crise

Dans la Fondation de C.I. nous exerçons la mission viatorienne  catéchétique, sociale et éducative dans des structures variées,  à travers des engagements divers personnels et/ou communautaires. Mais en tant que Fondation et de façon officielle, nous exerçons la mission à travers 5 œuvres dont nous avons la pleine responsabilité : les trois collèges (Ferké, Bouaké et Abidjan), le Foyer Jeune Viateur et la Paroisse N D de Nazareth. Je ne vous détaillerai pas ici  le travail apostolique, éducatif et social accompli par les Viateurs pendant cette dernière année aussi bien dans nos œuvres  que dans les autres institutions paroissiales, sociales ou éducatives. Je  soulignerai  seulement  quelques aspects.

- Au  niveau de la Paroisse N D de Nazareth, la communauté viatorienne continue de réaliser un énorme travail d’évangélisation et d’assistance sociale et éducative, en ville comme aux villages.
-  Au niveau du Foyer Jeune Viateur, on constate une évolution positive en ce sens que les groupes qui sollicitent le Foyer sont de plus en plus nombreux. Cela donne un nouvel élan à ce centre d’accueil qui retrouve petit à petit son ancien essor. Les  conditions  d’accueil se sont beaucoup améliorées  surtout  avec la réalisation d’un forage, grâce à l’aide du FASV. Le problème de l’eau qui était essentiel est résolu.
-  Pour ce qui est des trois collèges, nous soulignerons qu’ils ont traversé  cette année encore une période de difficultés  surtout dans le domaine économique et financier.

Les collèges de Bouaké et de Ferké ont cumulé pendant ces années de crise d’énormes dettes  qu’ils n’arrivent pas à éponger. Les causes principales sont : la diminution  drastique du nombre d’élèves, l’appauvrissement des familles qui n’arrivent plus à payer la scolarité, la non affectation d’élèves de la part de l’Etat. Il faut ajouter à cela la décision de la DNEC d’augmenter les salaires des enseignants, ce qui a encore aggravé la situation. Des voix s’étaient  même élevées pour nous suggérer  la possibilité de fermer ces deux établissements Viatoriens en mettant tout le personnel au chômage technique. Ne voulant pas nous résigner à ce genre de démission, nous avons pris notre courage à deux mains pour  réaliser mille et une démarche de demande de secours  tant auprès des autorités ecclésiales et gouvernementales qu’à l’extérieur du pays.

Au niveau du Collège S.V. de Bouaké, un programme de bourses pour favoriser la scolarisation des filles a été sollicité par le FASV auprès de la Fondation « Orange-Telecom CI ».  Le financement  de ce projet  a donné une impulsion positive à l’évolution de l’établissement vers sa normalisation. Un signe de cette amélioration est la progression  des effectifs qui est passée de 775  à 840 élèves. Il faut mentionner aussi  les aides de certains organismes tels que SERSO, MANOS UNIDAS, FASV, FONDATION MASSIEYE, ONUCI,  etc. qui ont financé d’importants projets  de réhabilitation. Tout cela aide le collège à avancer vers une situation normale. Que ces organismes soient vivement remerciés.

De son côté, le Collège  St Charles Lwanga de Ferké qui a subi des difficultés semblables à celui de Bouaké,  évolue positivement. Les effectifs sont passés de 656 élèves en 2006-07 à  710 en 2007-08 et  740 élèves en 2008-09. Il convient de mentionner (et de remercier vivement) plusieurs organismes et institutions qui sont venus au secours de l’établissement, en cette période de crise, avec des aides importantes : SERSO, MANOS UNIDAS, FASV, FONDATION MASSIEYE et surtout l’Association des  MISSIONS VIATORIENNES que dirige en France le Père Pierre Demierre.

Le Collège S.V. d’Abidjan, quant à lui, est au maximum de ses capacités : 1546 élèves. Le fonctionnement est normal. L’esprit est bon. Les résultats des deux premières promotions  présentées au BAC sont excellents. Il y a un engouement très fort de la part des parents pour inscrire tous leurs enfants à St Viateur. La présence viatorienne  est exercée par une équipe dynamique  de 4 religieux et de 7 associés engagés  soit dans des  hauts postes de responsabilité soit comme enseignants et animateurs du parascolaire. Le problème majeur du collège est  financier, en raison des sommes importantes qui ont dû être engagées pour finir la construction et l’équipement des derniers bâtiments, conduisant le collège à s'endetter auprès des institutions financières pour pouvoir boucler les années scolaires. Mais les engagements de remboursement à court terme et avec des intérêts élevés,  obligent le collège à s’endetter de nouveau chaque année. Cela  installe le fonctionnement financier du  collège dans un cercle vicieux dont il est difficile de se libérer à court terme.

Les parents d’élèves, ayant compris cette situation, ont constitué un « Comité de mobilisation de fonds » dont la mission est de solliciter auprès des entreprises et des donateurs  les fonds nécessaires pour  achever les chantiers en souffrance. Le Comité commence à porter ses premiers fruits : un don  important pour le chantier d’extension de cantine- salle polyvalente vient d’être octroyé par une entreprise de la place et d’autres dons  pour la finition de ces chantiers ont été annoncés. Cela permettra au collège de finir ces investissements sans avoir recours à l’argent du fonctionnement.

La formation

La formation est l’un des aspects les plus importants de la vie de la Fondation. Pendant l’année 2007-08, nous avons eu  26 personnes en formation y compris les postulants, novices et religieux, sans compter certains Viateurs associés qui font des formations particulières en dehors des heures de travail. Un grand effort est fait pour donner  à chaque  jeune religieux une formation solide aussi bien religieuse que profane.

La formation religieuse est généralement celle du CELAF INSTITUT. Quant à la formation profane,  on tient compte des besoins de la Fondation et des aptitudes de la personne. Malheureusement, le désordre qui s’est emparé des universités ivoiriennes, désordre qui semble s’installer aussi à l’université de Ouaga, commence à poser un sérieux problème quant à la formation universitaire  de nos jeunes religieux.
Pour la formation des futurs Viateurs prêtres, nous avons décidé de faire l’expérience de l’I TCJ en y inscrivant deux Viateurs étudiants en théologie à la rentrée 2008-2009. La formation  religieuse des Viateurs associés reste un défi  que l’on n’a pas encore relevé.

La Communauté Viatorienne

La dislocation des communautés locales intervenue au moment de l’éclatement de la guerre en 2002  a changé la physionomie de la communauté viatorienne de Côte d’Ivoire. Presque tous les Viateurs associés ont du se  concentrer sur les deux communautés d’Abidjan. Onze Viateurs associés à la Palmeraie et sept  à Bonoumin contre 2 à Nazareth, 3 à SV Bouaké et 2 à Ferké.

Les actions sociales

Le volet social fait partie des préoccupations des Viateurs de Côte d’Ivoire. A l’intérieur de nos collèges, par l’instauration d’un SAS (Service d’aide à la scolarité) on essaie d’être attentif aux  familles en difficulté ;  à travers le programme de bourses ou à travers le projet de « bouillie » ou cantine scolaire ; on essaie d’apporter une aide à ceux qui sont dans le besoin.

D’autres actions sociales sont menées par la Paroisse N D de Nazareth à caractère éducatif, sanitaire et social  dans la ville et dans les villages  relevant de la paroisse.  Des Viateurs apportent une aide à la population  à travers leurs engagements sociaux, l’assistance aux bébés, aux enfants mal nourris, aux personnes âgées,(v. g. Centre N.D. de la Visitation de Bouaké),  aux  prisonniers, aux déplacés de guerre, aux handicapés, aux malades mentaux,  etc.

SERSO (avec les aides obtenues des institutions basques),  FASV (avec les containers d’aide humanitaire et l’envoi des minibus pour la Fondation), l’Association MISSIONS, dirigée en France par le Père Demierre (avec ses collectes et ses dons), constituent  les principaux organismes qui nous permettent de venir en aide à  beaucoup de personnes dans le besoin, sans oublier la Province de FRANCE en tant que telle, l’œuvre de L’ANGE GARDIEN, la Province des ETATS-UNIS et la Solidarité viatorienne internationale,  qui sont d’un grand secours pour la vie même de la Fondation et pour le soutien des maisons de formation.

Vers l'avenir

L’avenir est devant la communauté viatorienne de Côte d’Ivoire car une famille capable d’engendrer chaque année de nouveaux fils a un futur prometteur. Mais le tout n’est pas d’avoir beaucoup d’enfants… Il faut  qu’ils soient bien formés, convaincus de leur vocation, enracinés dans le roc et que l’on prévoit à temps où, quand et comment ils exerceront la mission viatorienne. Avec le nouveau statut, il faudra à la  Fondation de nouvelles structures  et de nouvelles personnes pour l’animation.  Ces nouvelles structures devront tenir compte de plus en plus du partenariat que l’on veut intensifier avec la Fondation du Burkina  Faso. Elles devraient  intégrer davantage  les Viateurs associés pour qu’ils se sentent de plus en plus responsables de la vie et de la mission de la communauté.

Concernant les œuvres, si à Abidjan et à Ferké les conventions entre Diocèse  et Congrégation ont été signées depuis plusieurs années, ce n’est pas le cas à Bouaké. En effet, l’éclatement de la guerre et le décès de Mgr Vital Yao n’ont pas permis  d’achever les démarches entreprises. Il faudra donc les relancer pour que, face à l’avenir, les relations  entre l’Archidiocèse de Bouaké et la Congrégation  par rapport aux implantations viatoriennes  dans cette ville, soient claires et précises.

Si dans la formation des jeunes religieux, les études religieuses et pédagogiques  de base sont devenues  déjà une tradition et un acquis, Il faudra cependant une planification plus soignée  des études  profanes en  fonction des postes de travail à pourvoir dans nos œuvres. D’autre part, on doit songer à préparer des futurs responsables pour ces œuvres et pour les maisons de formation ; il faudra aussi  penser à un deuxième cycle de formation et de spécialisation pour ceux qui, après leur première formation,  ont déjà  donné plusieurs années de leur vie sur  le terrain.  Il faudra enfin faire quelque chose de concret pour relever le défi de la formation religieuse des Viateurs associés.

Dans quelques mois, le nombre de Viateurs religieux  pourrait  rapprocher  la quarantaine. Ne faudrait-il pas déjà discerner et oser créer de nouvelles insertions pour de futures  fraternités viatoriennes : paroisses, centres de jeunesse, présences dans des quartiers défavorisés, écoles techniques, etc. ?  N’oublions pas que nous avons été appelés par des évêques de trois diocèses différents : Man, San Pédro, Agboville…et que leurs appels demeurent… D’autre part, la  création de la nouvelle paroisse St-Viateur à Abidjan, qui est née et qui grandit dans notre maison, n’est-elle pas aussi pour nous un appel  à nous y impliquer d’une façon formelle comme Congrégation  et Communauté Viatorienne  de concert avec l’évêque du diocèse ?  Ce sont là des interrogations et des pistes d’avenir  qui  nous interpellent et nous  aident à rêver et à avancer vers  le futur…

La Communauté Viatorienne aura besoin d’un renouveau qui pourra venir non seulement  des nombreux jeunes religieux qui arrivent mais aussi  d’une nouvelle génération  de Viateurs associés et de ce que nous saurons bâtir ensemble avec les Viateurs du Burkina Faso.

Le chemin est  grandement ouvert devant nous car, même si « nous n’avons ni or ni argent », nous avons la plus grande des richesses, celle d’une Fondation pleine de jeunes  personnes, dynamiques, engagées ou prêtes à s’engager  pour l’annonce de l’Evangile selon le charisme de Louis Querbes.

Carlos Orduna, csv,
Supérieur de la Fondation,
Bouaké, le 31 décembre 2008



Nouvelles du Collège Saint-Viateur de Bouaké
____________

COLLEGE CATHOLIQUE                                                                                                                                                                                                                   Bouaké, le 1er janvier 2009
« SAINT VIATEUR »
BOUAKE

Avant tout propos, comme on a l’habitude de le dire ici, permettez-moi d’exprimer : Mes Meilleurs Vœux pour le Nouvel An 2.009

Et maintenant voici quelques nouvelles du Collège Saint Viateur de Bouaké. Nous avons fini un 1er trimestre assez dur mais intéressant. Voyons les principaux points

- Les nombreuses réunions de nos organismes de tutelle : d’un côté la Direction Régionale de l’Education Nationale (D.R.E.N.) de Bouaké, qui est en train de réinstaller ses services dans ses anciens locaux, occupés par les militaires, et de l’autre l’Enseignement Catholique avec son cortège de voyages à Abidjan.
- La Saint Viateur le 21 octobre : pas trop compliquée, heureusement, grâce à la collaboration de l’Aumônerie. La Messe a été présidée par notre Archevêque de Bouaké.
- La mise en route de toutes nos activités académiques et parascolaires avec son cortège de réunions d’ordre pédagogique, culturelle, religieux, etc.
- Les Conseils de classe du premier trimestre, auxquels je tiens à être présent pour voir comment  les choses évoluent du côté des élèves et écouter les différents commentaires des professeurs.
- Les nombreux dossiers à fournir aux services de La Direction Régionale pour les classes d’examen. Ici j’ai un précieux collaborateur en la personne de mon Adjoint et Directeur des Etudes : Bernard.

Dieu merci, nous n’avons pas eu des problèmes majeurs ni au niveau de la ville ni au niveau de nos autorités militaires. Néanmoins, il faut dire que la population est fatiguée d’une situation qui n'en fini pas de tenter de se clarifier. Tout le monde attend les élections, mais… pour quand ? Les différentes Sociétés de la place, autrefois florissantes, n’arrivent pas à redémarrer leurs activités économiques ; les commerçants disent qu’il n’y a pas d’argent. Pourtant six banques qui se sont installés à Bouaké. Vas y comprendre quelque chose !

A Saint Viateur Bouaké nous avons, quand même, quelques projets en route grâce à nos partenaires d’ici et d’ailleurs :

-  La Maternelle complètement réhabilitée pendant les congés de Noël 08. Cela nous permettra d’avoir les trois sections, un réfectoire et une salle pour le repos des petits ainsi qu'une aire de jeux. Merci à « Manos Unidas ».
-  La réhabilitation des laboratoires du 2nd cycle est une réalité, grâce à une subvention de SER.SO – Euskadi. Les élèves pourront en bénéficier dès la reprise le 5 janvier 09. Eskerrik asko ! Gracias ! Merci !
-  Le Projet d’Aide à la Scolarisation des Filles « ORANGE - Fonds d’Action Saint Viateur » en est à sa deuxième année. Une vingtaine de nouvelles filles ont pu en bénéficier. Merci à nos partenaires.
-  Les Anciens qui viennent visiter le Collège disent toujours qu’il « a pris un coup de vieux ». J’espère que nous pourrons le rajeunir : nous attendons la réponse de la « Fondation MASSIEYE » sur un projet de réhabilitation du 2nd cycle concernant les façades, les toilettes, les couloirs et l’apatam.
-  Une alarme sonore pour classes du Primaire a été offerte par l’administration.       

Je tiens à dire grand merci à tous les donateurs.

Nous avons aussi des besoins.  Si vous voulez nous aider, nous pouvons vous donner des précisions.

- La Fanfare, encadrée par un Ancien élève des années  soixante, « fanfaron » lui-aussi, continue son bonhomme de chemin ; petit à petit elle se voit étoffée par nos élèves, même si certains instruments nous font encore défaut.
- L’achat de matériel, volé ou dégradé pendant les années de guerre, pour les laboratoires réhabilités : physique, chimie et S.V.T.
- Des éléments pour améliorer le cadre de la Bibliothèque : fabrication de moustiquaires et de nouvelles étagères, achat de chaises et de romans africains, etc.         

« A bon entendeur… Salut ! »  

Je termine avec une mauvaise nouvelle : le décès de M. SAWADOGO Bernard, le cuisinier de l’Internat pendant 33 ans, à l’aube du 24 décembre, quelques jours avant de prendre sa retraite. Paix à son âme. Administration, enseignants et personnel d’entretien se sont donnés rendez-vous pour témoigner de notre affection à la famille endeuillée.

Je salue tout le monde. Prenez soin de vous : « Si tu veux aller loin, ménage ta monture ». Bien des choses à vos familles et à vos enfants.

Fraternellement,

Javier Martinez à « Saint Viateur » Bouaké

Nouvelles de Ferkéssédougou
____________


P. Roger DEBAUD
Collège St Charles Lwanga                                                                                                                                                                                              Ferkéssédougou, le 10 janvier 2009
B. P. 327
Ferkéssedougou - Côte d’Ivoire                                

Chers parents, chers amis connus et inconnus,
Chers bienfaiteurs et bienfaitrices, bonjour,

C’est avec beaucoup de plaisir que je viens, une fois encore, bavarder un moment avec vous pour vous donner des nouvelles d’ici et vous en demander des vôtres, en retour. Mais, avant de raconter un peu tout ce que nous avons vécu en cette fin d’année 2008 et ce que nous vivons en ce début de cette nouvelle année 2009, je viens, au nom de toute la Communauté Viatorienne de Ferké vous dire :

Bonne et heureuse année 2009 à tous

Je sais que cette année l’hiver est pour vous particulièrement rude et après un été et un automne pourris, en Europe du moins, combien il vous tarde de voir revenir les beaux jours avec du beau temps et un peu de chaleur… Mais, je sais de par ailleurs que l’hiver a aussi son charme quand, les longues nuits de la fin de l’année, on veille avec les amis et qu’une  bonne rôtillée de châtaignes arrosée d’un bon Saint Joseph vous font oublier le froid et la saison que l’on dit morte !

D’ailleurs les basses températures n’ont pas que des désavantages, surtout à la campagne. Si j’ai bonne mémoire, les gens qui travaillent la terre apprécient les degrés au-dessous du zéro de l’hiver car ils tuent beaucoup d’insectes nuisibles et leurs oeufs et bien des vers et autres parasites des cultures. Et les gens des villes, ceux qui prennent des vacances pour  Noël et la fin de l’année  ou encore au début du printemps, apprécient la neige qui leur permet d’aller glisser sur les pistes des montagnes et de revenir aussi bronzés que les vacanciers qui ont pris leurs congés  d’été au bord de la mer ou de l’océan.

Ici, à Ferké, c’est l’Harmattan qui souffle et règne en maître : une période de grande sécheresse, de beaucoup de poussière et d’une température relativement fraîche la nuit et au petit matin. Le thermomètre qui est devant notre maison d’habitation marque 18 à 19 degrés au lever du jour, et 30 à 32 degrés au moment le plus chaud de la journée. La période n’est pas l’idéale pour prendre de belles photos avec le brouillard de poussière qui couvre la ville et la campagne environnante toute la journée. Mais ce que j’admire et que je trouve presque miraculeux  c’est la beauté du feuillage nouveau de certains arbres qui, malgré la grande sécheresse, s’épanouit en cette saison.

C’est, pour moi, la période où beaucoup d’arbres semblent se réveiller, comme au printemps en France. Ils s’habillent de leurs plus belles teintes de l’année : les nouvelles feuilles sont tendres, si tendres et si douces au toucher qu’on aurait  envie de les croquer.  Pour les couleurs on trouve du vert tendre presque délavé, du bleu lui aussi si clair qu’il paraît presque blanc, du vert plus foncé, du rose, du jaune, du violet et du rouge, de l’orange, selon les différentes essences d’arbres ou arbustes. Pour moi, ce sont de vraies gerbes de fleurs parsemées dans une savane sèche et brûlée. Comme dit l’Ecriture sainte, un rameau tendre et fragile germe et se lève sur la souche desséchée que l’on croyait  morte.

Janvier, c’est le temps de la floraison des manguiers ; et  à Ferké, comme à  Korhogo, il y en a à revendre. Les champs de manguiers en fleurs, que dire sinon que c’est un vrai délice pour les yeux : un arbre par lui-même semble un bouquet, tellement il y a de fleurs. On passe du blanc ivoire au jaune, au rose et au rouge selon les variétés. Une vraie résurrection dans la  brume qui couvre toute la nature et la  grisaille de la brousse desséchée de cette saison qui paraît pourtant morte et ce paysage de désolation noirci par les feux de brousses.

Hélas, si les couleurs ravissent les yeux, le temps de l’Harmattan, par contre, apporte bien des maux. Le vent poussiéreux, sec et frais favorise les méningites, les crises d’asthme, les rhumes et le paludisme. Ce dernier ne rate aucune occasion pour se déclencher. Dès qu’une personne est terrassée ou simplement fragilisée par une grippe, un rhume, un refroidissement, monsieur le paludisme en profite pour attaquer et affaiblir encore un peu plus le malade. Et il y a des paludismes mortels. Il faut voir, le matin, les enfants,  surtout ceux des villages, transis de froid, les mains glacées, la peau grise, essayant de se réchauffer autour d’un feu de paille. C’est la période des gerçures aux lèvres pour les enfants et aux doigts des mains des petites filles qui lavent le linge et font la vaisselle avec le savon local fabriqué avec un ammoniaque certainement trop acide et mal dosé.

Le vendredi 19 décembre, c’était le dernier jour de classe du premier trimestre. Comme les années passées, ce jour là nos élèves ont passé la journée sur les terrains de jeux pour s’affronter amicalement lors des finales des jeux collectifs. L’après-midi nos équipes de foot, de hand, de volley et de basket se sont opposées aux équipes du collège catholique Don Bosco de Korhogo. Les années antérieures, nos élèves se déplaçaient jusqu’à la capitale du nord, distante de 50 kilomètres de Ferké  pour aller jouer sur les terrains du collège Don Bosco. Et nos sportifs revenaient la tête basse. Les défaites d’hier ont fait place, cette année, à de larges victoires pour les nôtres. Nous avons remporté partout des victoires, sauf en basket, je crois.

Cette année, nos jeunes se sont mis à l’entraînement dès le premier trimestre et c’est pourquoi nos équipes relèvent la tête et chantent victoire en cette fin du premier trimestre… Mais nos matchs n’étaient que des rencontres amicales, un entraînement pas plus. Lors des compétitions futures qu’organise l’Oissu (Organisation Ivoirienne des sports scolaires et universitaires) ça sera plus ardu, il restera à prouver que nous sommes les meilleurs. Ne chantons pas si vite victoire,  le proverbe nous le rappelle bien : On ne vend pas la peau de l’ours, avant de l’avoir tué.

Quelques semaines avant ces rencontres des sportifs de Korhogo, les soldats de l’Onuci se sont opposés à nos élèves en hand et volley. Et qui croyez-vous qui gagna ? Et bien ce furent nos élèves.  Et moi, malgré mon âge, j’ai battu, au ping-pong,  un onusien, un grand gaillard de blanc qui croyait  bien me faire gagner la honte, avec une piètre moyenne devant un groupe de nos élèves, heureux de voir s’affronter deux blancs au tennis de table.  Mais rira bien qui rira le dernier ! Notre militaire a perdu deux parties  de suite alors il a  demandé la route. Je lui en ai donné que la moitié, pensant qu’il reviendrait… mais pour le moment, il ne semble pas vouloir prendre sa revanche.

Ici donner la route à quelqu’un c’est lui permettre de partir. Quand on veut s’en aller on demande la route par trois fois (selon la vraie tradition…  baoulée, je crois ?). La première fois que tu demandes la route, on te demande de rester : «  Mon frère, ma sœur, il y a une chambre de libre pour toi, il y a un lit, il faut dormir chez nous  et demain tu nous quitteras »  Les hôtes peuvent dire, comme les disciples d’Emmaüs qui voulaient retenir Jésus ressuscité qu’ils venaient de reconnaître à la fraction du pain : « Reste avec nous car le soir vient et la nuit est toute proche »  et par ici, il y a les coupeurs de route.

Alors on prend encore un peu de temps pour poursuivre la conversation, on boit un dernier verre ensemble, on s’amuse, on rit, ou on mange encore un morceau.  Vient ensuite la seconde demande de la route. Là encore, on ne vous permet pas de partir tout de suite. « Pardon, mon frère, ma sœur, nous avons encore de quoi boire et manger, reste encore avec nous, ta visite nous fait bien plaisir. Il y a si longtemps que tu n’as pas pris du temps pour donner les nouvelles. Regarde les enfants, comme ils sont heureux de t’écouter… » Alors on prend encore un peu de temps avec nos hôtes.

Une troisième demande finit par tomber. « Ma famille m’attend, demain je travaille, pardon, donnez-moi la route, j’ai encore un bon bout de chemin pour rentrer chez moi et on m’attend de plus j’ai un travail urgent à terminer. »  Cette fois-ci, on va te donner la route, mais la moitié seulement. Si on te la donne en entier, c’est que l’on ne veut pas que tu reviennes. Donc, on te donne la moitié de la route : une moitié pour t’en aller et on garde l’autre moitié pour que tu puisses revenir bientôt chez nous. Bien entendu, ça c’est la pure tradition, de nos jours on brûle les étapes, ne sommes-nous pas au siècle de la vitesse ? Alors on ne demande plus la route on annonce simplement, « Mes amis, je m’en vais ! Bye Bye !  » Et l’hôte de répondre tout aussi  cavalièrement : «  Allez, bon voyage, je salue toute ta famille ». Si c’est un chrétien : on ajoutera peut-être « Que le Seigneur t’accompagne jusque chez toi sans incident. ».

Après toutes ces activités sportives, nos jeunes ainsi que toute la communauté Lwangaise et leurs amis étaient invités à écouter et à participer, avec les acteurs du groupe théâtral du collège, au conte de Noël intitulé : L’histoire du  Jacob, que tout le monde appelait Job ! J’ai voulu, à travers ce conte, permettre aux non chrétiens du collège, et ils sont nombreux, d’apprendre ce que c’est que le Noël des chrétiens et comment nous devrions vivre ce temps de fête et de joie. Nos jeunes acteurs n’ont  eu que quelques répétitions pour se préparer à jouer ce conte devant leurs camarades.

Les après-midi de la fin du premier trimestre ont été très occupés : pratiquement chaque jour il y avait des devoirs pour certaines classes ou des cours de rattrapage donnés par un professeur qui, à cause de la maladie était resté à la maison et n’avait donc pas vu tout le programme du trimestre avec ses élèves. Pas facile de faire une répétition quand il manque une partie des acteurs. Aujourd’hui, il manque l’acteur principal, Jacob… et le lendemain, il manque le roi, la reine, la Vierge Marie, le sorcier et bien d’autres acteurs…

J’avais surtout une grande appréhension : après toutes ces compétitions sportives, nos élèves n’allaient-ils pas rentrer, à cause de la fatigue, à la maison  au plus vite ?  Et bien non, il y avait foule au spectacle et nos acteurs ont bien joué. Nos jeunes sont spontanément de bons acteurs et ils aiment se produire devant leurs camardes, mais perdent leurs moyens et paniquent quand ils ne se souviennent plus de ce qu’ils ont à dire. Parfois après avoir joué la pièce ils ont un surnom qui leur reste longtemps.

Pour la fête de Noël, l’année 2006, nous avions joué un conte de Noël : Monsieur Martin et ce Monsieur Martin, c’était moi qui jouais ce rôle… et bien cette année au mois de décembre 2008, alors que j’étais en voiture devant le marché de Ferké, un jeune m’a interpellé : Bonjour Monsieur Martin, comment va Monsieur Martin ? Je n’ai pas eu le temps de bien voir qui était ce jeune, car il faisait partie d’un groupe qui se promenait devant le marché.

Pour notre petit théâtre de Noël, tout a assez bien marché, tous les acteurs et actrices avaient bien  appris ce qu’ils avaient à dire. Le petit paysan de la pièce, semblait un vrai petit agriculteur, il avait ramené sa machette usée de la maison, et les habits du champ. Le groupe des bandits a fait fureur, tellement la cheftaine des bandits jouait bien la comédie, quant à la Vierge Marie elle était tendre et attentive à son petit Jésus… Le roi et la reine, quelle  allure ! Quelle majesté chez eux ! Et le commerçant Dioula, qui ne peut pas parler sans invoquer Dieu.  Pour être bref, je peux dire que ce conte  fut un bon moment passé ensemble avant de nous séparer pour les congés de Noël.*

Seule la sono nous a trahis… Depuis deux ans, nous essayons de trouver une aide pour acheter une bonne sono. N’est-ce pas un appareil indispensable pour un collège ? Chaque lundi, par exemple, toute la communauté Lwangaise : depuis le directeur général, les élèves, les professeurs, sans oublier les techniciens de surface… toute la communauté Lwangaise est rassemblée devant le mat du drapeau pour chanter l’Abidjanaise pendant que monte le drapeau Ivoirien… Puis après, il y a une prière, le mot de la semaine pour inviter toute la communauté à vivre une valeur morale toute la semaine, suit le mot du directeur et de ceux ou celles qui ont quelque chose d’important à dire pour la bonne marche de l’établissement, viennent aussi les nouvelles, et les félicitations pour ceux et celles qui sont nés  un jour de la semaine qui commence.

Une sono est nécessaire pour cette montée des couleurs et  pour profiter de tout ce qui est dit par la suite par tous ceux qui prennent la parole. Une sono est indispensable pour les grands jours que vit tout collège au long de l’année académique : il faut une bonne sono lors des compétitions sportives, une sono pour les célébrations religieuses : messe de la rentrée, messe de promotion, autres célébrations pour le carême, une bonne sono pour les jours où l’on accueille des amis, des confrères venus de France ou du Canada ou encore de Rome, une sono pour l’animation de la semaine culturelle de fin d’année etc., etc.

Noël a été, pour moi, une belle fête  mais pas de tout repos : la nuit du 24, j'ai célébré deux messes dans les villages (une à 25, et l’autre à 30 kilomètres de Ferké), j'ai couché au village de Poulo et le lendemain, 25, jour de Noël, j'ai célébré deux messes dans deux villages des environs de Poulo où j'avais dormi... Quelques enfants (6) étaient venus avec moi, car à Poulo,  il y a un bâtiment qui pourrait servir de presbytère : 4 chambres, une salle à manger, un WC, une salle  d’eau, mais il faut aller chercher l’eau au puits et il n’y a pas la lumière.

Pour les enfants de la ville, c'est une telle joie de sortir de Ferké et d’aller au village... et de plus, j'apporte, chaque fois, de quoi ne pas mourir de faim, alors ? Le gros problème, c'est qu'il faut choisir qui prendre dans ma voiture ? Epineux problème ! Il y a une telle affluence de volontaires pour aller à Poulo... Chacun promet de m'aider pour ceci ou pour cela, et même les petites Musulmanes s’offrent pour faire enfants de chœur ... Comme la Pagero n'est pas un car, alors il faut...  tirer la courte paille   Il y a beaucoup de demandes, mais peu d'élus... (Je ne peux qu’en prendre 6,  ou 7 alors que le double qui se présente). Mais 6 ou 7, ça commence à bien faire, n'est-ce pas ?

La nuit de Noël, le père Noël est passé à Poulo, vrai de vrai. Pas un seul enfant ne l'a vu passer, il est trop malin ce père Noël... Il faut dire que nous nous sommes couchés le matin du 25 décembre, vers une heure trente ou deux  heures du matin. Il n’a pas fallu leur chanter une berceuse pour les faire dormir. Alors dans leur grand sommeil, le père Noël est passé. Au réveil, tous avaient dans leurs chaussures le cadeau du père Noël : une boîte de sardines et un paquet de gâteaux... Mais comme les boîtes de sardines semblaient les jumelles de celles que j'apporte pour le repas que nous prenons ensemble et pareillement pour le paquet de gâteaux, ils ont deviné que le père Noël c’était le père Roger... J'ai bien essayé de leur dire que le père Noël pouvait se servir au même magasin que moi et qu’il n'emportait pas tout du ciel, car une chose est certaine, c’est qu’il vient de là et pour offrir des jouets ou d’autres choses à tous les enfants du monde, il lui fallait bien se ravitailler quelque part dans nos magasins de nos villes ou villages. Mais je dois dire que je ne les ai pas convaincus.

Autre chose amusante à entendre raconter par nos enfants d'ici. Je vous l’avais déjà raconté l’année dernière, mais c’est trop émouvant pour ne pas le répéter. Savez-vous, chers parents et amis, qu'autrefois le père Noël offrait des cadeaux à tout le monde : enfants, jeunes, adultes, vieux... bref à tout le monde que voulez vous que je vous dise... Ah ! C’était bien le bon temps.  Mais voilà une nuit de Noël, en descendant du ciel, un avion  a coupé la tête du père Noël... Malheureux ! Quelle catastrophe pas vraie! Le modernisme n’a pas que des avantages, mais quel maladroit pilote, peut-être avait-il trop bu lors du réveillon de  Noël ?  Maintenant, il y a un nouveau père Noël, mais  celui-ci ne donne des cadeaux qu'aux enfants... car ; c’est logique, qui pilotait l'avion ? Un adulte parbleu ! Misère, quelle misère, quelle catastrophe !. Faudrait-il pas demander pardon, un gros pardon, pour que nous les adultes et nous les vieux nous ayons droit aux cadeaux comme les enfants ?  Affaire à suivre !

Noël à peine passé, et voilà qu’il nous fallait, le vendredi 26 décembre, prendre la route de Bouaké pour participer à notre Assemblée Générale et à l’ordination diaconale du frère Jean-Didier, directeur du collège saint Charles Lwanga et à l’institution des Ministères Institués de lecteur et d’acolyte du frère Augustin.  La cérémonie a eu lieu à la chapelle du collège Saint Viateur  de Bouaké le samedi matin 27 décembre. C’est l’évêque de Bouaké, Monseigneur Paul-Siméon Ahouanan qui présidait la célébration. Notre évêque, celui de Katiola, Ignace Bessi, avait tenu à être là avec nous. Tout s’est bien passé, et c’était la joie pour toute la communauté viatorienne de voir nos frères avancer vers la vie sacerdotale. Il faut qu’ils croissent, et que nous, nous diminuions.

Après les ordinations du vendredi matin, nous nous sommes retrouvés, religieux, associés, pré associés et novices de toutes nos maisons et œuvres de Côte d’Ivoire et avec quelques jeunes religieux venus du Burkina pour notre Assemblée Générale dès l’après-midi du samedi 27 et toute la journée du dimanche 28.  Pour moi, c’est toujours un moment important que ces retrouvailles entre nous, mais nos réunions sont un peu trop lourdes et fatigantes, surtout tout de suite après les fêtes de Noël. Mais  choisir une date qui convient à tous, relève du miracle.

Noël, fête de la paix, fête de la joie, fête des enfants. Les enfants d’ici ont  souvent la vie dure. Plusieurs jeunes filles du collège se plaignent, car elles doivent faire tous les travaux ménagers avant d’aller à l’école. Certains parents refusent qu’elles participent aux activités extra scolaires. Ils refusent de croire qu’elles s’en viennent au collège pour les cours de soutien et certains devoirs programmés les après-midi. Ils pensent qu’elles vont pour courir les garçons et non étudier ou participer aux entraînements des sports collectifs. Cette année, un fait inimaginable, impensable même s’est passé à Ferké : une jeune fille, après avoir accouché, a enterré vivant son bébé dans la cour du lycée juste en face du collège saint Charles Lwanga. Heureusement, le bébé a été sauvé, car une personne voyant la terre, nouvellement remuée et qui bougeait, a déclenché l’alerte et le bébé  a été découvert  et sauvé. Ce serait la mère de la jeune fille qui aurait demandé à sa fille d’enterrer le bébé.

Dans les écoles primaires, certains maîtres ou maîtresses sont de véritables bourreaux d’enfants. Ils frappent les enfants avec des courroies de mobylettes, des câbles électriques ou de freins de vélos. Un maître demande aux enfants qu’il punit de se mettre en slip, il les fait  coucher  à terre et les frappe, comme font certains policiers…  Un jour j’allais brûler des papiers, j’ai demandé aux enfants qui m’accompagnaient s’ils ne voulaient pas un fil électrique d’une rallonge qui était hors d’usage.  Avec ce fil, de deux mètres environ, leur papa pourrait ajouter les fiches nécessaires aux deux bouts et avoir ainsi une rallonge. Tous ont refusé : motif ? Papa, c’est avec ça qu’il nous frappe !  Heureusement, beaucoup de parents ne sont pas de tels monstres. Mais, la vie est difficile pour les enfants d’ici, il ne faut se le cacher.

Je pourrais parler encore d’une fillette de la classe du CE2, épileptique, elle a un bras handicapé, elle est toujours mal vêtue, assez agressive, car ses camardes de classe ne sont pas tendres pour elle, alors elle se venge sur les plus petits… Un jour, ses camarades se sont bien moqués d’elle, car elle avait plein de petites bêtes dans la tête… des poux, et oui une tête couverte de poux… Comme elle vient souvent me voir en allant à l’école ou en revenant de l’école pour demander à arroser les fleurs et puis un biscuit…Je crois bien que des poux se  sont installés quelque temps chez moi… Vous vous rendez compte, je fus un pouilleux pendant environ deux jours ! Il faut dire qu'avec l’harmattan, le matin l’eau est froide et comme nous n’avons pas de chauffe eau, je ne me lave plus la tête… maintenant, j’ai compris et je n’hésite plus, je  me frictionne le cuir chevelu  souvent et je n’ai plus de démangeaisons.

Les congés de Noël, qui  ont eu lieu du 19 décembre, après les cours, au dimanche soir 4 janvier, sont finis !  Le lundi 5, tout le monde, ou presque, était là pour la reprise du travail. Le frère directeur donnera plus de nouvelles du collège. Quant à moi, je vais terminer.

Je vous redis un grand merci pour tout ce que vous faites pour nous, même si nous ne sommes pas trop bavards, croyez bien que nous sommes conscients de votre travail : ce n’est pas rien que de donner toutes ces informations sur la C.I. informations que tout le monde apprécie, ce n’est pas rien d’écrire, de lancer et relancer, de faire bouger… de préparer ces conteneurs et de les expédier… quel travail, quelles dépenses d’énergie, de savoir faire, de patience…  Merci donc à vous tous. Merci encore pour votre aide précieuse et pardon si nous semblons ne pas nous intéresser au FASV, c’est faux…

Nous sommes souvent débordés, nous aussi… collège, paroisse, activités diverses… réunions, rencontres pour traiter des affaires du collège, de la paroisse, de la communauté locale, de la Fondation.  Parfois , et même souvent, des pannes d’Internet, d’ordinateur, ou bien on ne peut pas se connecter…mais ce ne sont pas des excuses… On va essayer de faire mieux ! Peut mieux faire comme notent certains professeurs sur le bulletin de notes des élèves… Alors on va faire mieux. Encore merci, et sachez aussi que souvent nous prions pour tous nos bienfaiteurs et vous en êtes et pas des moindre.

Ne perdez pas courage. Je vous redis toute mon amitié, toute ma sympathie.

P. Roger DEBAUD

*  [Ce conte de Noël a été diffusé par les Infos Côte d’Ivoire le 24 décembre 2008, Ndlr]

 

eburneo.com

eburneo.com FONDS d'action eburneo

Partager

AddThis Social Bookmark Button

Œuvres soutenues

Oeuvres soutenues par le Fonds d'Action Saint-Viateur en Côte d'Ivoire

Le Fonds d'Action Saint-Viateur Eburneo apporte son soutien, sous des formes diverses (financement de projets ; maîtrise d'oeuvre ; collecte, fourniture et transport de dons en nature ; transfert et remise de fonds sans frais ; subventions, bourses ; assistance technique, missions d'experts etc...), aux établissements, institutions, organismes et œuvres suivants :

> Ecoles, Collèges et Lycées Saint-Viateur d'Abidjan, Bouaké et Ferké (Charles Lwanga) ;
> Foyer Jeune Viateur à Bouaké ;
> Etablissements Don Bosco (Salésiens), Champagnat (Maristes), Sainte-Elizabeth (Filles de la Croix) de Korhogo
> Collège de filles de Béoumi (Soeurs de La Providence, avec le Foyer de filles de Marcory, le Centre Chappoulie de Yopougon et le Foyer de filles de Bongouanou) ;
> CERAP-INADES (Centre de Recherche et d'Action pour la Paix) (Jésuites) et ASMU (Action sociale en milieu urbain, avec les Xavières) à Abidjan ;
> Centre de rééducation fonctionnelle Don Orione et Centre Culturel Catholique de Korhogo (Xavières) ;
> Centre de santé mentale Jubilé de Korhogo (Filles de la Croix) ;
> Orphelinat Le Bon Samaritain à Katiola ;
> Hôpital général et de santé mentale Saint-Camille à Bouaké (Grégoire Ahongbonon avec LACLEF) ;
> Maison des Bébés - Amis des malades (Elizabeth et Augustin Amoakon) à Bouaké
> Caritas de Notre-Dame de Nazareth et de Saint-Paul de Gonfreville à Bouaké, de Saint-André Kagwa à Bouna et de Sainte-Odile à Bondoukou ;
> Foyer de filles Clair Logis, Maison de l’Enfance, Centre Solidarité Action Sociale avec Orphelins Enfants Sida (OSI), Monastère et Centre de santé - maternité Sainte-Marie Oliénou (Bénédictins) à Bouaké ;
> Dispensaire, école et projet spiruline de Raffierkro ;
> Ecoles et centres d'apprentissage des Soeurs de Saint-Joseph (Taabo et Tiassalé) ;
> Société de l'Apostolat Catholique - Pallotins (Notre-Dame de la Paix, Yamoussoukro et Grand-Béréby) ;
> Saint-Philippe à Abobo (Jésuites et Xavières) ;
> Société des Missions Africaines (SMA) ;
> Pères Blancs
                    et tant d’autres...

Liens

Ambassade de Côte d'Ivoire en France
www.ambassadecotedivoire.fr
 
Ambassade de France
en Côte d'Ivoire

www.ambafrance-ci.org

_________



Le Fonds d'Action Saint-Viateur soutient les oeuvres ivoiriennes des :

 Clercs de Saint-Viateur
http://www.querbes.org
http://csviator.info
http://viateurs.fr


Soeurs de la Providence
http://soeursprovidence49.cef.fr

Xavières
www.xavieres.catholique.fr/-La-Xaviere-.html

Jésuites
www.jesuites.com/missions/hors_frontiere/lettre.htm

CERAP-INADES
www.cerap-inades.org

Salésiens
www.salesien.com
donboscoafo.org/sdbci


Maristes
www.maristes-france.org/spip218

Marianistes
www.marianistes.com/v5/index.php

Missions Africaines SMA
www.missions-africaines.net

Pères Blancs
http://peres-blancs.cef.fr
www.africamission-mafr.org


Filles de la Croix
www.fillesdelacroix.net

Soeurs de Saint-Joseph
http://stjosephlyon.org

Foyers Clair Logis
www.claireamitie.org/index.htm

Bénédictins de Bouaké
www.encalcat.com/les-fondations_36.php
bouakeolienou.centredesante.over-blog.com

Société de l'Apostolat Catholique (Pallotins)
www.ndpbasilique.org/accueil.php
www.pallotti-sac.org


Centre Solidarité Action Sociale Bouaké (OSI)
http://osi.bouake.free.fr/?-Centre-Solidarite-Action-Sociale-

Association Raffierkro
http://raffierkro.org/album.html