VOUS ÊTES ICI : Accueil Le FASV Les assemblées générales Assemblée Générale 2005
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Recherche

fasaintviateur.com

Assemblée Générale du samedi 2 juillet 2005 - Paris

Envoyer Imprimer PDF

Fonds d'Action Saint-Viateur

Roger Viargues (1917 – 2000)

 

 

Assemblée Générale du samedi 2 juillet 2005 - Paris

 

 

 

I – Vérification de la liste des présents et des mandants

 

> Les membres du bureau procèdent tout d’abord à la vérification de la liste des présents et des mandants. Après pointage, Jean-Michel Grèzes, secrétaire, constate et annonce que 124 membres du Fonds d’Action Saint-Viateur (FASV) sont présents ou représentés, contre 94 en 2004 et 49 en 2003 (voir liste d'émargement des présents et registre des mandats). Nombre de convocations expédiées : 302, nombre de destinataires : 513.

 

 

II – Introduction

 

> Pierre Frégeac préside l'Assemblée Générale, Jean-Michel Grèzes est désigné secrétaire de séance. Le Président souhaite la bienvenue aux participants, en particulier à Jacques Malençon que chacun est heureux de retrouver, se félicite du nombre croissant de membres présents ou représentés qui témoigne de la vitalité de notre association, remercie l’ensemble des membres du Fonds d’Action Saint-Viateur pour leur engagement, leur soutien et leur fidélité, et en particulier tous ceux qui, au-delà de leur cotisation personnelle, ont collecté des fonds ou fourni des dons en nature pour les œuvres de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire.

 

> Au nom de tous les membres du FASV, il rappelle le souvenir affectueux que chacun garde de Roger Viargues, fondateur de la mission Viatorienne de Côte d’Ivoire en 1955, il y a tout juste 50 ans. Il exprime l’attachement qui les réunit au pionnier entreprenant qu’il fut et qui inspire toujours notre association. Son nom reste attaché et indissociable du Fonds d’Action Saint-Viateur.

> Il remercie également avec chaleur les membres du Conseil d’Administration pour le travail effectué en 2004 : Bernard Dumortier, vice-président, pour le développement, la recherche de dons en nature et la logistique qui sont la marque réussie du FASV, Jean-Michel Grèzes, secrétaire, pour son indéfectible disponibilité, Jacques Mazzéi, trésorier, grâce auquel la tenue des comptes du FASV est exemplaire, et Pierre Demierre, 2ème vice-président, pour sa constante bienveillance.

Retenu par ses activités pastorales en Aveyron, Pierre Demierre, Supérieur Provincial des Clercs de Saint-Viateur (France et Côte d’Ivoire), a adressé le message suivant :

 

 

« Chers amis et bienfaiteurs du Fonds d’Action Saint-Viateur,

Une nouvelle assemblée générale de notre association vient de s’ouvrir. De tout cœur, je suis avec vous par la pensée. Le FASV se porte bien et les nombreux rapports qui nous sont faits tout au long de l’année le prouvent abondamment. Nos membres, comme nos bénéficiaires, savent que l’argent collecté est bien utilisé, et que la valeur de notre aide est décuplée par la fourniture de dons en nature que beaucoup d’entre vous savent si judicieusement dénicher et obtenir pour nos programmes humanitaires, éducatifs, sanitaires et sociaux en Côte d’Ivoire. Au nom des Viateurs de France et de Côte d’Ivoire, je remercie, une fois de plus, avec toute la force de notre fraternité, les membres du FASV pour leur aide et leur soutien inestimables. Quotidiennement, nous prions pour vous et vos familles ainsi que pour la Côte d’Ivoire. » P. Demierre.

 

 

 

> Pierre Frégeac fait part ensuite des nombreux autres messages et mails reçus de la part des absents, notamment des Clercs de Saint-Viateur de Côte d’Ivoire. Et, tout d’abord, de celui de Carlos Orduna, responsable de la Fondation Viatorienne Ivoirienne :

 

MESSAGE DE LA FONDATION VIATORIENNE DE COTE D’IVOIRE

A L’ASSEMBLEE GENERALE DES MEMBRES DU FONDS D’ACTION SAINT-VIATEUR 

Chers amis du FASV,

Je voudrais simplement me faire présent au milieu de votre assemblée à travers ce message amical pour vous dire combien nous sommes touchés par tous vos gestes de solidarité à l’égard de notre mission humanitaire, sociale, éducative et religieuse dans ce pays.

Vous vous réunissez pour nous, pour notre œuvre en Côte d’Ivoire, pour aider ceux que nous essayons d’aider, contribuant ainsi à tisser cette chaîne de solidarité humaine et chrétienne qui efface les frontières et les clivages.

Merci pour tout l’enthousiasme et tout l’entrain que vous mettez dans la réussite de votre action. Nous sommes témoins de la joie et du soulagement que vous procurez à ceux à qui nous remettons le fruit de vos efforts. Par nous, ils vous réitèrent leur merci. Tous ces dons en argent et en matériel, tous ces efforts que vous ajoutez à vos soucis quotidiens pour récolter cette aide, pour communiquer entre vous, et pour l’acheminer jusqu’à nous, ont une valeur incalculable.

Vos gestes concrets de solidarité et votre souci pour le peuple ivoirien et pour notre mission nous stimulent et nous encouragent à aller de l’avant. Ils nous motivent et nous mettent toujours davantage à contribution avec plus d’efficacité et de moyens. Surtout en cette époque difficile qui se prolonge en Côte d’Ivoire et qui demande de la part de tous encore plus de courage, de dépassement et d’efforts pour tenir dans l’adversité et dans une impasse dont on ne voit pas l’issue.

Au nom de tous les Viateurs de Côte d’Ivoire, Européens et Africains, au nom de toutes les personnes qui  bénéficient de vos dons généreux, je tiens à vous renouveler notre merci très reconnaissant et très sincère. Nous respectons rigoureusement vos vœux d’affectation de vos dons et, vous le savez, les gérons avec la rigueur et le sens de l’économie qui est dans notre nature…

L’arrivée des conteneurs géants du FASV est impressionnante. Pensez donc ! Des semi-remorques qui ont de la peine à entrer dans notre vaste concession, pleins de matériel et de denrées humanitaires, chargés de sentiments et d’efforts de partage et de solidarité… Il ne faut pas moins d’une quinzaine de personnes pendant une demie journée pour les transborder, répartir vos dons et organiser le ré-acheminement vers Bouaké et Ferké. Je ne pense pas qu’il y ait un autre exemple équivalent d’échange constant entre la France et la Côte d’Ivoire tel que le partage que nous réalisons entre le Fonds d’Action Saint-Viateur et Saint-Viateur Côte d’Ivoire.

Je voudrais adresser un merci tout particulier aux responsables du FASV dont le dévouement pour la cause ivoirienne et viatorienne est sans pareil. Merci aussi à celles et ceux qui dans les différentes zones d’implantation du FASV travaillent à ce que la flamme de la solidarité reste toujours allumée.

Je vous souhaite une bonne assemblée et prie pour que la paix et la joie de vivre reviennent en Côte d’Ivoire comme antan.

Amitiés,

P. Carlos ORDUNA, csv, Supérieur de la Fondation Viatorienne de C.I.

 

 

> Pierre Frégeac lit ensuite les messages chaleureux et les vœux de bonne AG parvenus de Côte d’Ivoire et de France : Raphaël Bé Kouadio (hommage est rendu à Francisca, son épouse, décédée en février 2005), Léon Desbos, Roger Debaud, René Despeyroux, Manu Rubio, Javier Martinez, Denys Ferrando-Durfort (Le Français en Partage), René Hoegy (LACLEF), Bruno Boutrolle, Dominique Bossard, Paul Chirat, Michel Caillard, Bernard Moulin, Etienne et Nicolle Vallée, Marcel Lécrivain, Christophe Mulliez, Philippe Hersant, Benoît Rain, Michel Thomazi, Christian et Laurence Laplane, Claude Durand, Michel Hagège, Sophie et Antoine Chaigne etc., puis il lit la suite de la liste des membres ayant retourné leur pouvoir pour cette AG (jointe en annexe).

 

 

III - Rapport moral et financier présenté par le Président du FASV

 

Pierre Frégeac présente le rapport moral et financier du Fonds d’Action Saint-Viateur pour l’année 2004 (voir documents envoyés avec la convocation et avec le courrier d’appel à dons 2005, dossier complet toujours disponible sur simple demande auprès du FASV).

> Un engagement durable

Le FASV a contribué au développement des actions éducatives, sociales, sanitaires et humanitaires de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire en fournissant une aide matérielle et financière aux œuvres de Ferké, Bouaké, Abidjan et autres œuvres associées et amies. Ses membres ont ainsi apporté un soutien moral à ceux qui, sur place, souffrent de cette guerre interne qui ruine le pays. Une guerre fratricide de chefs, où chacun s’empare de la bonne cause pour défendre des intérêts personnels et ethniques, où il est si difficile de faire la part des choses tant la haine et la peur excèdent les rapports entre chaque camp, et dont les populations sont le prétexte et les otages.

 

Par leur présence auprès de tous, sans considération d’appartenance ethnique ou religieuse, les Clercs de saint Viateur, qui ont maintenu l’intégralité de leurs œuvres au nord comme au sud, ont fait preuve de courage, d’abnégation et de ténacité. Dans l’adversité, ils ont témoigné d’une espérance que nos membres partagent et soutiennent de toutes leurs forces. Nous saluons leur engagement et leur travail qui forcent le respect que nous devons à ceux qui maintiennent un peu d’humanité au milieu du chaos ivoirien.

 

Les membres du FASV, solidaires de toute la communauté viatorienne de Côte d’Ivoire, leur expriment leur reconnaissance et leur renouvellent leur confiance dans l’action qu’ils mènent en souhaitant qu’à son niveau, elle continue à être un facteur de réconciliation et de paix.

 

Le FASV exhorte ses membres à développer leur soutien et leur aide à la Fondation Viatorienne Ivoirienne qui est devenue sans doute, et depuis longtemps, l’ONG de la plus grande utilité publique en Côte d’Ivoire.

 

Le récit du voyage de Pierre Frégeac en Côte d’Ivoire (février 2005), « Carnet de déroutes », témoigne de la mobilisation et de l’énergie de l’ensemble des religieux, des laïcs associés et des équipes de Saint-Viateur, dans un dévouement exemplaire, autant que de l’utilité, souvent vitale, de l’aide apportée par le FASV.

 

De cette lecture, l’écrivain Marc Saporta « déduit deux vérités évidentes, aveuglantes : 1) l’importance capitale, immédiate, urgente et tragique de l’intervention humanitaire pour les personnes à titre individuel, 2) l’inéluctabilité, dans l’avenir immédiat, d’une damnation de la population sur le plan socio-économique, à titre collectif, faute, pour les tribalistes africains, d’avoir assimilé, intériorisé, valorisé la culture occidentale, et d’avoir renoncé à la politique du ventre et à la course aux rentes. »

 

(« Carnet de déroutes » est disponible gratuitement auprès du FASV).

 

Il faut dire qu’en l’absence de tout service public depuis trois ans en zone sous contrôle des Forces Nouvelles, seules quelques rares ONG occidentales assistent la population. Et seules celles tenues par des congrégations et des permanents religieux le font à son bénéfice intégral.

 

L’Eglise n’est-elle pas, de fait, la plus ancienne et la plus grande ONG du monde ? N’est-elle pas, surtout, la plus proche, la plus active et la plus efficiente ? C’est pourquoi le FASV est une association non confessionnelle qui a choisi de soutenir l’ONG Saint-Viateur de Côte d’Ivoire parce qu’elle a démontré dans la durée (50 ans) et la prospérité, son utilité et l’ampleur de son intervention.

 

A Abidjan, Bouaké, Ferké, Béoumi, et autour de ces centres, le FASV soutient les œuvres de Saint-Viateur ainsi que les œuvres associées et amies telles que : écoles, collèges, lycées, centres d’apprentissages, centres sociaux, infirmeries, dispensaires, hôpital Saint-Camille, Maison des Bébés, Amis des malades, Enfants de la rue etc.

 

 

> Des ressources en croissance

 

En 2004, les ressources du FASV (cotisations et collectes de fonds) se sont élevées à 39 298 € (257 778 FF) vs 31 102 € (204 029 FF) en 2003 et 18 858 € (123 708 FF) en 2002. Cette progression de 26 % reflète la large mobilisation de nos membres, l’accroissement de leur nombre et du fichier de sympathisants (513 vs 328 en 2003 et 219 en 2002) ainsi que l’augmentation du don moyen.

 

Les collectes et opérations type « bol de riz » ou « cornet de frites » dans les établissements scolaires grâce aux membres qui sont dans l’enseignement, ont permis d’accroître les ressources du FASV et donc de verser directement des fonds d’urgence tout en finançant l’expédition de dons en nature. Ces collectes locales comme ces dons importants en nature que, dans leur situation professionnelle ou personnelle, les membres du FASV peuvent fournir, sont la clé du développement de notre aide.

 

A chaque membre de prendre toute initiative qui permettra d’augmenter sa contribution personnelle par la démultiplication de son action, de se battre et se débattre pour donner des moyens d’aide accrus aux CSV de Côte d’Ivoire, afin d’éduquer, de nourrir, de soigner davantage d’enfants, de parents démunis, de malades, de bébés et de vieillards...

 

Les listes de matériel expédié par conteneurs ont été amplement diffusées et la tâche de Bernard Dumortier a été immense. Ces listes reflètent la diversité et l’importance de l’aide du FASV, surtout lorsque l’on considère que la valeur des marchandises expédiées est supérieure de 10 à 15 fois aux coûts d’enlèvement, de conditionnement et d’expédition à Abidjan. Le bon acheminement sur place jusqu’aux bénéficiaires et la personnalisation des dons permettent d’éviter toute déperdition et garantissent une totale transparence auprès des donateurs dans leur affectation.

 

Rappelons que le FASV, créé en janvier 1999, a collecté, au 31 décembre 2004, 132 757 € (87 millions de francs CFA) et expédié des marchandises pour une valeur supérieure à 1,3 millions d’€ (853 MF CFA).

 

Notre objectif de dépasser 153 000 €, soit 100 millions de F CFA (1 MFF), et une valeur de dons d’un milliard CFA dans le courant de 2005 a déjà été atteint.

 

Comme l’a souvent fait remarquer Christophe Mulliez, "Cet effet démultiplicateur est remarquable. C’est le signe du dynamisme et des énergies que le FASV peut fédérer".

 

Il faut aussi rappeler qu'un don de 300 €, ne « coûtant » à son donateur « que » 100 € (grâce à la déduction d'impôt sur le revenu de 66 %), permet donc de fournir sur place plus 3 000 € de marchandises.

 

Rappeler enfin que le FASV n’a aucun frais fixes de fonctionnement, pas de locaux payants, est animé par des bénévoles, et que l’intégralité des fonds et des dons collectés est utilisée, sans aucun délai, au bénéfice des œuvres éducatives, sociales, sanitaires et humanitaires de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire. 

 

Ce n’est pas si fréquent. A une échelle différente, ce qui est pire encore étant donnée leur taille, c’est l’inverse qui se produit avec les grandes ONG que nous avons sollicitées en vain pour la fourniture d’aide humanitaire. Non seulement elles s’arrogent, comme collecteurs majeurs auprès du public, l’exclusivité de l’utilisation des fonds gigantesques qu’elles reçoivent, pour assurer leurs frais de fonctionnement (lorsqu’elles ne les refusent pas en cas d’excès d’abondance – on aura tout vu !), mais en plus elles les utilisent exclusivement à travers leurs propres opérations dont personne ne peut apprécier ni le bien-fondé ni l’efficacité, heureusement pour elles. Juges et parties, elles se sont ainsi mises définitivement à l’abri de toute évaluation de leurs actions, préoccupées tout aussi exclusivement de gérer leur fonds de commerce, de maintenir leur source de revenus et d’en vivre durablement à défaut d’en faire vivre les autres…

 

Lorsque les grandes ONG, notamment les cinq majeures qui ont récolté plus de 100 millions d’euros après le tsunami de décembre 2004, selon leurs propres déclarations, placent les fonds qu’elles ont collectés au lieu de les utiliser, assurent leurs frais de fonctionnement pour les dix ans à venir afin « d’accompagner les victimes dans la reconstruction », et laissent dans la détresse les destinataires des dons reçus pour faire face à l’urgence, on ne peut pas ne pas souligner l’imposture humanitaire qui consiste à confisquer l’aide encaissée comme dans le cas du tsunami ou à ne pas la verser jusqu’à ce qu’elles-mêmes décrètent l’urgence après avoir convoqué la presse et les caméras, lorsqu’il est trop tard, comme dans le cas du Niger. Les victimes peuvent toujours attendre.

 

Ainsi, pour des raisons, prétextes et alibis souvent identiques ou équivalents et d’une même mauvaise foi, allant du soi-disant respect de l’intention du donateur au refus pur et simple de partager, voire jusqu’au refus déclaré d’aider les populations en zone rebelle afin de ne pas soutenir la rébellion, et puisqu’il faut bien les nommer, la Fondation de France, la Croix Rouge, le Secours Catholique, le Secours Populaire et Action contre la faim nous ont éconduits «  faute de moyens » (sic !) dans notre demande d’aide alimentaire pour la Côte d’Ivoire.

 

Sans parler des agences de l’ONU, le PAM (Programme alimentaire mondial) et l’Unicef, dont Jean-Hervé Bradol, Pésident de Médecins sans frontières dénonce, entre autres, l’incompétence et la gabegie : « Les rations sont insuffisantes, inadaptées et toujours fournies aux mauvais endroits. Ces gens se sont trompés, se trompent et continuent à présenter les choses comme s’il s’agissait d’une malédiction à laquelle il convient de s’habituer… » (Le Monde 24/08/05)

 

Il est vrai que lorsqu’un salarié occidental de ces organisations, payé jusqu’à 20 ou 30 fois plus qu’un responsable local de même niveau, débarque, équipé de pied en cap avec son 4 x 4 neuf à quarante millions CFA l’unité, pour évaluer les besoins, il a souvent dépensé tout son budget avant d’avoir commencé à en faire profiter ceux qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. D’autant que ces experts ne se déplacent qu’à plusieurs en terre inconnue, ils en ont les moyens…

 

Lorsque les professeurs de Saint-Viateur font l’effort d’accepter des salaires diminués de moitié pour rendre viables les établissements (60 000 CFA / mois, soit le quart de notre RMI ! ), lorsque tant de bénévoles locaux se mobilisent sans ressources et sans autres moyens que leur bonne volonté, lorsque Roger, René, Manu et les autres roulent dans des R4 de 25 ans qui ont dépassé vaillamment les 400 000 km, on se dit que, décidément, ce sont les plus méritants qui sont le plus à la peine, ce sont ceux qui donnent le plus d’eux-mêmes qui bénéficient le moins de l’aide internationale, ce sont ceux dont l’engagement et la contribution sont sans égal qui sont le moins reconnus et soutenus par les états et l’aide publique. C’est injuste, c’est indigne.

 

Ainsi peut-on considérer sans beaucoup forcer le trait, affirme Pierre Frégeac, que sur un don de 100 € versés à une grande ONG, un grand maximum de 10 € atteindra les bénéficiaires… peut-être dans 10 ans ! Au FASV, nous faisons en sorte qu’au contraire un don de 100 € permette de fournir dans l’immédiat une valeur d’aide de plus de 1 000 €. Soit un rapport d’efficacité de 1 à 100 !

 

Non, ce n’est pas de la gonflette. Ce n’est pas davantage un exploit. C’est même ce que réussissent beaucoup d’associations qui partagent les mêmes valeurs. Loin du tapage médiatique qui masque le vertigineux gaspillage des grandes ONG relevant de l’abus de confiance, les besogneux et les « sans voix » sont au service des « sans ressources ». Ce sont eux qu’il faut soutenir et aider.

 

Il faut bien que les choses soient dites…

 

 

> Des membres plus nombreux

 

Le FASV a élargi son audience au delà du premier cercle des anciens professeurs coopérants qui ont travaillé en Côte d'Ivoire dans les établissements de Saint-Viateur (environ 150 retrouvés, couvrant une période allant de 1964 aux années 90). Nous ont rejoints des membres qui connaissaient Saint-Viateur ou non en ayant travaillé dans d’autres établissements et entreprises de Côte d’Ivoire, ou même qui ont été directement sensibilisés par les actions du Fonds d’Action Saint-Viateur sans avoir séjourné en Côte d’Ivoire.

 

Merci notamment aux anciens de Béoumi, à des chercheurs du CNRS et à des ingénieurs de l’INRA qui ont séjourné à Bouaké, à des militaires qui ont servi à la base aérienne de Bouaké, à des militants de Survie, l’association de François-Xavier Verschave, qui sont des nôtres, aux anciens élèves des établissements Saint-Viateur de la région lyonnaise et de l’Aveyron, aux actuels dirigeants de collèges et lycées qui sensibilisent leurs établissements dans des opérations de collecte, à tous les donateurs que la cause ivoirienne a mobilisés et qui font confiance au FASV et aux CSV. Merci enfin aux associations amies qui nous fournissent des dons en nature et dont nous reparlerons au chapitre des activités en cours.

 

Il appartient à chacun des membres de développer son réseau de soutien, de parrainer de nouveaux membres et de participer à la construction de cette pyramide de solidarité pour la Côte d’Ivoire.

 

Selon le commentaire de Bernard Dumortier : "Les différents donateurs ont pu trouver dans le Fonds d’Action Saint-Viateur un moyen efficace et sérieux de canaliser et d’orienter leur générosité".

 

De proche en proche, de bouche à oreille, à chacun d’étendre et d’intensifier sa contribution…

 

 

IV – Rapport d’activités 2004 du FASV

 

 

> L’année des conteneurs

 

L’année 2004 a été particulièrement marquée, outre le développement des activités courantes du FASV, par l’organisation et l’expédition des conteneurs et des minibus, grâce à une logistique dont l’expérience montre qu’elle n’a jamais failli. En effet, Bernard Dumortier peut être satisfait, et nous fiers de lui, car 100 % des marchandises et équipements de toute nature expédiés sont arrivés à bon port et au bon destinataire, quelle que soit l’adresse de livraison finale, ce qui n’est pas peu dire en zone occupée.

 

Bernard est un maître en tournées d’enlèvements et en listes de colisage, en établissement des connaissements maritimes et en certificats de dons, en bordereaux de détaxe et en déclarations en douane etc. Saluons également l’efficacité de Carlos Orduna qui a affrété les camions pour Bouaké et obtenu les laissez-passer des FANCI, de la Force Licorne et des Forces Nouvelles, requis pour franchir la ligne de démarcation. Faire transiter 10 tonnes de chargement jusqu’à Bouaké sans y laisser de plumes, le FASV et les CSV l’ont fait ! Chapeau ! Enfin, c’est l’armée française que Roger Debaud et Javier Martinez ont convaincu d’acheminer les livraisons destinées à Ferké. On espère que tout le monde était au garde à vous à l’arrivée ! Bravo !

 

 

> L’année de la musique (suite)

 

Les tonnes de lait en poudre, de chapelure, d’huile et de savon, le matériel médical, le matériel sportif, les 42 000 livres, les minibus de Jean-François Crédoz, les vélos de Bernard Moulin, les ordinateurs, l’électroménager et tant d’autres produits de consommation et d’équipement sont le lot courant des expéditions du FASV. Mais 2004 a été aussi l’année de la renaissance de la fanfare Saint-Viateur grâce à la formidable opération « Solidarité Fanfare Afrique » initiée en 2003 et conduite avec Jacky et Tony Desclos (L’Avenir Caennais), Bernard Bergeras et André Castagnet (Pau), et bien des donateurs dont vous avez lu la contribution, avec l’aide de France Inter et de RFI. Ainsi, jamais conteneur n’avait sans doute transporté autant d’instruments de musique différents, dans une période où Abidjan se faisait plutôt livrer des conteneurs d’armes. A chacun son combat !

 

La fanfare a été lancée à Saint-Viateur Abidjan avec beaucoup de méthode, de volonté et de succès. Le professeur de musique, William Kouamé, les animateurs Bernardin Fram, Bruno Tchimon et Sylvain Alico, aidé d’élèves musiciens de l’Institut National des Arts, nous disent que les progrès sont énormes. Pierre Frégeac en atteste pour l’avoir entendue avec émotion en février 2005. Il faut reconnaître que l’impatience de Carlos Orduna s’affranchit des délais habituels et que nous ne doutons pas que l’orchestre au grand complet sera fin prêt pour célébrer le cinquantenaire de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire cette année à Abidjan et l’année prochaine à Bouaké.

 

Ce sont exactement 152 instruments qui ont été rassemblés à l’issue de l’opération qui a connu encore des retombées en 2004 puisque l’Ecole de Musique d’Aurillac a offert, le 15 mai, 7 flûtes traversières et une trompette grâce à Jean-Paul Bonnet et à Fernand Labrousse sur place, que l’Ecole de Musique de Fougères a donné un beau lot d’instruments grâce à Marcel Lécrivain, que Bernard Bergeras a continué à en collecter et que SML Strasser Marigaux, fabricant d’instruments, a renouvelé son don d’instruments neufs.

La valeur de l’ensemble est supérieure à 150 000 €, c’est-à-dire pas loin d’1 million de francs. Et tout ça, gratis pro deo !

 

Seules la mobilisation et l’énergie uniques du FASV ont permis cette réussite dont les artisans et les acteurs ne seront jamais assez remerciés, car, bien plus qu’anecdotique, ce don est un magnifique signe de confiance, d’espérance et de renaissance. La musique comme outil pédagogique, facteur d’intégration et d’émancipation, de convivialité et de libération, symbolise bien l’action du FASV.

Vive la fanfare Saint-Viateur, en espérant qu’elle retentisse aussi à Bouaké dès que possible !

 

> L’année des Rencontres

 

2004, enfin, a été marquée par les Rencontres régionales du FASV qui ont réuni à Vourles (Lyon), Paris et Angers, fin septembre et début octobre, plus d’une centaine de membres de notre association autour d’amis de Côte d’Ivoire : Raphaël Bé Kouadio, Roger Debaud, Léon Desbos, René Despeyroux, Javier Martinez. Les échos de ces rencontres chaleureuses ont été également diffusés avec les photos de groupe sur lesquelles beaucoup ont essayé de reconnaître tel ou tel contemporain d’il y a pas mal d’années mais que tient unis la mémoire d’une expérience commune et inoubliable, mémoire partagée par des conjoints et de nouveaux venus parfois envahis par tant de souvenirs…

 

C’est le lieu de redire nos remerciements aux délégués régionaux du FASV, parfaits organisateurs de ces rencontres qui fortifient notre attachement à Saint-Viateur : Philippe et Monique Blanc, Claude, Yolaine, Dominique et Maryse Bossard, Bruno et Christelle Boutrolle. Ils se préparent déjà à accueillir les prochaines Rencontres du FASV autour des CSV de Côte d’Ivoire en septembre-octobre prochains.

 

 

> L’année des Infos Côte d’Ivoire

 

La gravité et la précipitation des évènements de novembre 2004 à Bouaké et à Abidjan ont rendu encore plus indispensable la revue de presse quotidienne du Fonds d’Action Saint-Viateur, les Infos Côte d’Ivoire, dont la diffusion par email s’étend à présent à plus de 350 destinataires. Mise en place de façon embryonnaire en octobre 2002, juste après la rébellion, à l’intention de nos amis de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire et des membres du FASV, elle s’est structurée et formalisée en cours de route, et a respecté son rythme de parution quotidien, jusqu’à 7 jours sur 7 selon l’actualité, jours fériés compris !

 

Pour ceux qui, sur place, sont coupés de tout moyen d’information mais restent reliés au monde par internet, même de façon poussive, pour ceux qui, en France et dans le monde, sont intéressés par cette synthèse quotidienne de l’actualité ivoirienne, les Infos Côte d’Ivoire constituent une source d’information prioritaire dont la rigueur, l’équilibre et l’exhaustivité sont reconnus et appréciés au point que nous comptons des abonnés dans nombre d’ambassades, à l’ONU et à l’ONUCI, au CERAP (Centre de Recherche et d’Action pour la Paix - Abidjan), dans quantités d’organismes institutionnels et de congrégations. Ce service gratuit dont la notoriété se répand chaque jour nous amène de nouveaux membres et contribue au rayonnement de l’action du FASV et de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire.

 

 

Les Nouvelles de Côte d’Ivoire, lettres, chroniques, compte-rendus divers émis par nos correspondants d’Abidjan, Bouaké et Ferké, sont également diffusés régulièrement à l’ensemble des destinataires, donnant une autre dimension, plus humaine et plus proche, de la situation que chacun vit dans le milieu où il exerce. Les correspondances mensuelles de Roger Debaud à Bouaké, en particulier, rencontrent un vif intérêt au point qu’elles sont réclamées au moindre retard ! Ces échanges de nouvelles permettent une proximité, développent une convivialité et contribuent à fortifier notre relation avec l’ensemble des acteurs de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire et de ceux qui mettent en œuvre et bénéficient de l’aide du Fonds d’Action Saint-Viateur.

 

 

IV - Approbation des comptes 2004

 

Le rapport financier de l’année 2004 est présenté à l'Assemblée Générale. A l'issue des commentaires, explications et débat, les comptes sont approuvés à l'unanimité et quitus est donné au conseil d’administration et au Président.

 

V - Présentation des activités en cours et des projets 2005

 

 

> L’état des recettes 2005

 

Pierre Frégeac annonce que le montant des cotisations et des collectes de fonds pour 2005 s’élève à ce jour, 2 juillet, à 43 964 € (288 385 FF) vs 31 211 € (204 744 FF) au 19 juin 2004 date de la précédente AG, soit 4 666 € de plus qu’au 31 décembre 2004. Le premier semestre compte, il est vrai, pour plus de 80 % de l’année, selon les années et la saisonnalité due à l’actualité ivoirienne. Malgré cette croissance, les efforts doivent être maintenus pour faire face à l’augmentation des besoins.

 

Les membres du FASV ont été tenus informés des actions entreprises ces derniers mois et en particulier des deux conteneurs du premier semestre. Les fonds qui ne sont pas consacrés au financement des expéditions ou à l’achat de matériel (ex : réfrigérateurs et gazinières) sont versés aux destinataires selon les vœux d’affectation des donateurs.

Pour information, les frais d’enlèvement, de conditionnement et d’expédition du dernier conteneur de 40 pieds à Abidjan ont été de 6 741 € (44 218 FF), ce qui correspond à la moyenne des frais pour un conteneur de cette taille.

Au 1er juillet 2005, les recettes 2005 ont été intégralement dépensées ou engagées au profit de Saint-Viateur Côte d’Ivoire. Les recettes de juillet (cotisations et dons accompagnant les pouvoirs pour l’AG le plus souvent) et les dons à venir permettront de financer l’envoi des deux prochains conteneurs trimestriels. Les autres actions du 4ème trimestre 2005 restent à financer…

 

 

> Le conteneur de mars 2005

 

Bernard Dumortier rappelle que, grâce à nos enquêtes et vérifications auprès des différentes oeuvres de Saint-Viateur et d'autres que vous soutenez en Côte d'Ivoire, nous cernons toujours davantage les besoins de nos interlocuteurs. Vu le coût des frais d'enlèvement des dons en nature, d’acheminement jusqu’au Havre et de transport par voie maritime, nous essayons toujours de privilégier la qualité et la pertinence de nos envois.

 

En février, les enlèvements ont eu lieu à : Vourles près de Lyon, Toulouse, Perreux dans la Loire, Villevêque près d'Angers, Fougères, Chalon-en-Champagne, Paris et Roissy. Le conteneur de mars 2005 a été encore un bon cru : jugez vous-mêmes de l'assortiment de marchandises expédiées :

 

- Plusieurs cartons de jouets et vêtements d'enfants offerts par Yveline CHARAUDEAU entre autres aux "Enfants de la Rue" d'Abidjan, association animée par Mme AFFI.

- Divers livres, linge de collectivité et 11 fauteuils roulants destinés par Elizabeth CORNUT à l'Hôpital Saint-Camille de Bouaké.

- Un lot complet de machines-outils neuves de menuiserie offertes par François CHARLOU au Foyer Jeune Viateur.

- 47 vélos d'origine diverses dont Elizabeth CORNUT, Dominique BOSSARD, Jacques DALLARD et Charly BESSIÈRES, Bernard et Edith MOULIN, Kra N'GUESSAN etc.

- Plusieurs colis de vêtements envoyés par Guy DEBAUD à son frère, Roger DEBAUD à Bouaké.

- Une grosse imprimante couleur et un massicot destinés au CERAP / INADES (Centre d'Études et de Recherche pour la Paix) à Abidjan et financés par cet organisme que soutient le FASV.

- Un labo photo KIS complet grâce au toujours actif Kra N'GUESSAN.- 4 palettes de PC et autres matériels informatiques destinés au centre d'apprentissage de la Paroisse Notre-Dame de Nazareth à Bouaké.

- Plusieurs instruments de musique fournis par divers donateurs au FASV, dont l'école de musique de Fougères grâce à Marcel LECRIVAIN, qui sont venus compléter la formidable fanfare qui s'organise au Collège d'Abidjan, avec 3 caisses claires, 3 tambours, une grosse caisse, un lot de baguettes et un ampli combo.

- Des livres, du matériel médical et de puériculture réunis par Marcel LECRIVAIN pour la Maison des bébés de Bouaké.

- Un PC et un PC portable expédiés par Bruno VALLÉE ainsi qu'une machine à écrire offerte par Michel DUMORTIER.

- Une mobylette PEUGEOT envoyée par les Sœurs XAVIERES de Paris V° à leurs homologues d'Abobo.

- Un lot impressionnant de 31 cartons de jouets et surtout de livres offerts par l'Association "Le Français en Partage" (Denys FERRANDO-DURFORT) à destination des bibliothèques et salles des professeurs des 3 Lycées et Collèges de Ferké, Bouaké et Abidjan.

- 2 palettes de livres fournis par l'Association "ADIFLOR" (Isabelle LECAMUS), toujours efficace et fidèle au FASV, selon la liste des besoins exprimés par les Sœurs de la Pommeraie d'Angers en vue du redémarrage du Collège de BEOUMI.

- 1 machine à laver neuve très attendue à la Paroisse de Nazareth.

- Une caisse de 170 kg contenant la débroussailleuse financée par les amis de Roger DEBAUD, pour le Foyer Jeune Viateur à Bouaké.

- 4 palettes de chapelure fournie par Appel Détresse (Agnès MEILHON et Danièle SPENGLER) et toujours si appréciée, en mélange avec du lait en poudre, par les enfants de Bouaké et des villages environnants.

 

 

> Le conteneur de juin 2005

 

Comme annoncé, le deuxième conteneur de 40 pieds de l'année 2005 a été préparé et bouclé pour le mois de juin. Le document Excel qui a été adressé par email aux membres du FASV présente la liste de colisage intégrale avec codes colis, nature ou contenu, donateurs et destinataires.

 

Il donne une idée du grand succès des collectes de dons en nature du FASV et de l'immense travail que réalise, pour chaque conteneur, Bernard Dumortier. Organisation et coordination des enlèvements, établissement des documents nécessaires au connaissement maritime, suivi des détaxes, achats et négociations de certains matériels et denrées etc., c'est une tâche considérable qui demande rigueur et précision, d'autant que chaque conteneur acheminant, en moyenne, entre 400 et 500 colis et entre 10 et 15 palettes (soit 15 à 20 tonnes), chacun doit être parfaitement identifié et enregistré pour parvenir à son destinataire final.

 

La méthode d'identification et d'enregistrement des colis employée par Bernard doit être suivie rigoureusement par les donateurs : elle est simple et sûre et elle doit être utilisée pareillement par tous de façon à ce que la répartition et l'attribution à l'arrivée par Carlos Orduna, soit exacte et sans faille.

 

Nous pouvons dire les mêmes bravo et merci à Bernard et à Carlos qui, chacun respectivement, des lieux d'enlèvement jusqu'au Havre, puis d'Abidjan jusqu'à Bouaké, Ferké et plus loin encore, parviennent à acheminer ainsi l'intégralité de vos dons à chaque destinataire désigné. Dans l'état où est le pays, c'est une performance ! La plupart des grandes ONG ayant délibérément décidé de priver la moitié nord de la Côte d'Ivoire de leur aide (quand ce n'est pas le pays tout entier), celle du FASV n'en est que plus nécessaire et méritoire.

 

Pour des raisons de contrôle à l'arrivée et de sécurité, nous avons décidé d'expédier ce conteneur au mois d'août afin qu'il arrive à la fin des vacances et en présence de Carlos Orduna à Abidjan. La livraison de son contenu aura donc lieu début septembre.

 

Le conteneur suivant partira le 1er octobre : vous avez donc tout l'été pour réunir des dons selon la liste des besoins en votre possession. Les enlèvements se feront courant septembre.

 

Associations et organismes amis de Saint-Viateur et du FASV, vous pouvez également bénéficier de nos conteneurs pour Abidjan. Contactez Bernard Dumortier pour tous vos projets : 01.46.04.08.09 Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Récapitulatif du contenu des 339 colis et 10 palettes du conteneur de juin 2005 :

 

- 26 cartons 11 PC d'occasion MAC (Jean Michel GREZES, Roissy)

- 5 cartons machine à écrire, jeux d'enfants, vêtements d'enfants, fauteuil roulant, vêtements de bébés, petit matériel médical, (Elisabeth CORNUT, Vourles)

- 6 cartons raquettes, ballons foot, jouets, livres, vêtements, 1 PC (Y. CHARAUDEAU, Roissy)

- 12 cartons vêtements, linge, guitares, batterie, synthé (Pierre et Françoise FREGEAC, Roissy)

- 11 cartons de papeterie et fournitures de bureau (FASV, Roissy)

- 1 Karcher (FASV, Roissy)

- 2 cartons de machines de menuiserie (FASV, Roissy)

- 5 cartons de vêtements (Lycée Louis Querbes à Rodez, Roissy)

- 4 cartons de livres (Encyclopedia Universalis) (Pierre DEMIERRE,Roissy)

- 2 cartons de lunettes d'occasion, 1 Vidal + sacs d'écolier (René HOEGY, Roissy)

- 1 carton de boîtes de jeux (maquettes, atelier de poterie) (Serge COUPET, Roissy)

- 2 cartons PC Packard-Bell (UC+clavier+souris+doc+CD rom+écran) (Brigitte DAOUADI, Roissy)

- 2 cartons de 31 vestes pour musiciens de la fanfare (Francine ROUSSET, Vourles)

- 6 cartons encyclopédies et vêtements (Philippe et Monique BLANC, Vourles)

- 2 cartons de lunettes d'occasion (Jacques LIEBERGUT et René HOEGY, Le Havre)

- 42 cartons de romans, dicos, livres, encyclopédies, cahiers ,stylos, pinceaux, vêtements, linge d'hôpital, peluches, jouets, couvertures, moustiquaires etc. (Le Français en Partage, Roissy)

- 57 cartons de vêtements, jouets, livres enfants, babyrelax, caisse claire, machine à écrire, peluches, couffin, vêtements bébés, craies, patins à roulettes (Sylvie ANOÏ, Montpellier)

- 9 cartons de livres et vêtements adolescents, écran de projection (Philippe HERSANT, Nantes)

- 3 palettes de lait en poudre 30 sacs de 25 kg, 2346 kg (A. BESSEAU, R. HOEGY, CELIA CRAON)

- 1 carton vêtements enfants (Marie-Louise CREVET- CHOMIENNE à St Chamond, Vourles)

- 9 vélos d'occasion (Jacques DALLARD – Charly BESSIERES, Montpellier)

- 10 cartons de bandes dessinées, vêtements, jeux enfants, lunettes, (J. DALLARD, Montpellier)

- 6 cartons chronomètres, ballons foot, hand, raquettes tennis, ping-pong, jouets, livres et coloriages, filet de tennis, maillots et shorts, peluches (Ateliers sans Frontières, Roissy)

- 4 cartons frigos PROLINE (FASV, Le Havre)

- 2 cartons cuisinières PROLINE (FASV, Le Havre)

- 1 carton Robot mixeur ménager KENWOOD Multipro (FASV, Le Havre)

- 3 cartons ventilateurs Honeywell (FASV, Le Havre)

- 3 cartons machines à coudre (Mission Air pour Jacob / J.LAKOANDE) Roissy

- 15 cartons PC Powermate / Z-Station Vega), imprimantes (J. DALLARD, Ch. KIBODI, Montpellier)

- 23 cartons encyclopédies, dictionnaires, romans, PC (Marie-Hélène SICRE, Toulouse)

- 3 Palettes 30 PC complets Desk-top DELL (Europ Assistance / Jean-Louis BURON, Roissy)

- 6 palettes de chapelure, légumes secs (M. NAVARRE - Appel Détresse, Compiègne)

- 2 cartons PC IBM (PS21), disquettes jeux éducatifs, scanner, imprimante (Gérard VELU, Roissy)

- 1 carton petit matériel pour soins (Xavier DURAND, Roissy)

- 4 cartons imprimantes, encyclopédies Universalis, revues (Ch. RUDENT, P. FRANCK, Roissy)

- 1 frontofocomètre (Valérie VERHAEGE, Blagnac)

- 5 cartons vêtements, biberons, livres d'enfants, fournitures scolaires (Y. GARON, St-Etienne)

- 20 cartons 1000 biberons 240 et 340 ml, pointes plastiques pour couches bébés, 8 fauteuils roulants (Claude BOSSARD, René BOUYER, Angers)

- 10 PC complets (Gallia Voyages / Jean-Claude LEROY, Roissy

- 21 cartons livres, petit matériel médical, machine à écrire, vêtements (Roger DEBAUD, Vourles)

 

Et Bernard de conclure : «  Les besoins restent immenses et s’accroissent avec la détérioration de la situation. Votre générosité renouvelée permettra d'y répondre. Le prochain départ de vos dons en nature aura lieu dans 3 mois : date limite d'enlèvement 15 septembre, bouclage 1er octobre 2005. Et de citer René Despeyroux :

 

" Tous les sourires que nous recevons en distribuant vos dons, nous vous les devons. Des conteneurs ne suffiraient pas à vous les envoyer car ils sont toujours renouvelés, de plus en plus grands et beaux. Comme c'est formidable de procurer un peu de joie manifestée par un sourire... le plus beau et le plus significatif des mercis. Et c'est à vous que nous les devons ! Grand merci à tous ! "

 

 

> Appel à dons en nature pour les conteneurs à venir

 

Tous les membres sont invités à participer à la collecte de dons en nature. Les départs des conteneurs sont trimestriels : 1er mars, 1er juin, 1er octobre, 1er décembre. Les enlèvements ont lieu avant le 15 du mois précédent. Les points de collecte se situent à Lyon, Rodez, Toulouse, Montpellier, Moissac, Angers, Paris. Des enlèvements spéciaux peuvent être organisés ailleurs pour des marchandises lourdes et/ou volumineuses.

> Rappel : les médicaments ne peuvent en aucun cas être joints au conteneur

 

En effet, l'exportation de France comme l'importation en Côte d'Ivoire des produits médicamenteux est réglementée. Des restrictions supplémentaires viennent d’être apportée pour les MNU (médicaments non utilisés). Il faut que chaque médicament soit vérifié et corresponde aux médicaments autorisés à être exportés de France d'une part, et autorisés à être importés en CI d'autre part. Ce n'est déjà pas facile avec la réglementation européenne, c'est tout simplement inconcevable à l'arrivée à Abidjan si l'on n'est pas un spécialiste agréé comme Pharmaciens sans frontières ou la Croix-Rouge.

 

Seuls les envois individuels par colis postal déclaré peuvent passer. Vous pouvez les adresser aux bons soins de Carlos Orduna, Collège Saint-Viateur Abidjan, 25 B.P. 569, Abidjan 25, Côte d’Ivoire, à l’intention du destinataire final.

 

 

> Rappel de la liste (non exhaustive) des produits et matériels recherchés

 

¤ Equipement éducatif : fournitures scolaires, matériel pédagogique, livres (littérature générale niveau Primaire à Terminale, littérature africaine, dictionnaires, encyclopédies, albums, BD, mais pas de livres scolaires (programmes différents), CD, cassettes vidéo et DVD (films, documentaires) etc...,

¤ Equipement sanitaire : consommables et matériel médical (sauf médicaments), puériculture...,

¤ Aide alimentaire et humanitaire : lait en poudre, denrées et produits alimentaires divers non périssables, produits d'entretien, de nettoyage et d'hygiène, savon, bougies etc...,

¤ Equipement de transport collectif et individuel : véhicules tourisme et utilitaires, bus, 4 X 4, vélos, motos, scooters...,

¤ Equipement électro-ménager : cuisines individuelles et collectivités (cuisinières, gazinières, réfrigérateurs), ventilateurs, machines à coudre, à broder etc...,

¤ Equipement informatique et audio-visuel (ordinateurs, imprimantes, téléviseurs, magnétoscopes, lecteurs DVD...) pour l’encadrement, pour la formation des élèves et les centres d’apprentissage...,

¤ Equipement sportif : ballons, matériel, chaussures, tenues (toutes disciplines), vélos...,

¤ Equipement musique : guitares, synthés, amplis, partitions, pupitres, trompettes, bugles, cornets, saxophones, tubas, trombones, clarinettes, caisses claires, cymbales, grosses caisses, tambours...

 

> Membres d’honneur

Beaucoup de dons en nature ont été fournis au FASV au cours des dernières années par des associations spécialisées. Pierre Frégeac rappelle que ces associations amies et partenaires sont membres d’honneur du FASV.

 

Il s’agit des associations donatrices suivantes :

ADIFLOR (Isabelle Le Camus) pour les livres, APPEL DETRESSE (Danielle Spengler) pour l’aide alimentaire et humanitaire, ATELIER SANS FRONTIERES (Marie Salefran) pour le matériel de sport, L’AVENIR CAENNAIS (Jacky et Tony Desclos) pour les instruments de musique, LE FRANÇAIS EN PARTAGE (Denys Ferrando-Durfort) pour les livres et autres, LA GERBE (Jean-Marc Semoulin) et LACLEF (Saint-Camille / René Hoegy) pour du matériel divers, aide et assistance.

 

Par ailleurs, d’autres organismes, associations et congrégations en Côte d’Ivoire bénéficient des prestations et utilisent les services du Fonds d’Action Saint-Viateur. Nous les aidons bien volontiers et il nous est agréable de les accueillir également dans la famille comme membres d’honneur, au titre de bénéficiaires agréés. Il s’agit de :

CERAP / INADES (Centre d’Etudes et de Recherche pour la Paix, Denis Maujenest, sj, Abidjan), Les Amis du CERAP (Jean-Bernard Bruneteaux, Paris), Communauté Xavières (Virginie Lecourt), Fraternité de la Vigerie / Pères Blancs (Jacques Charron, Benoît Bernard), Société des Missions Africaines (Gabriel Noury), Communauté de la Pommeraie (Marie-Thérèse Charrier), Maison de l’Enfance – Bouaké (P. de Penfentenyo), Missions des Pères Dominicains en Côte d’Ivoire.

 

Le Fonds d’Action Saint-Viateur leur souhaite la bienvenue parmi ses membres et les remercie solennellement et chaleureusement pour leur contribution à l’aide et au soutien qu’ils apportent à la Côte d’Ivoire.

 

> Transfert du siège social du FASV

Créé avec l’aide de Roger Viargues à Treize-Pierres en 1999, le Fonds d’Action Saint-Viateur a été déclaré à la sous-préfecture de Villefranche-de-Rouergue (publication au Journal officiel du 31 / 07 / 99, n° 177). Pour de multiples raisons administratives, Pierre Frégeac explique que, l’activité de l’association s’étant considérablement développée, il est devenu nécessaire de transférer le siège du FASV à Paris afin de pouvoir être aisément en contact avec les organismes de l’état dont il dépend ou avec lesquels il a affaire (préfecture, douanes, trésorerie générale, direction des impôts etc.). Il propose d’établir le siège du FASV à son domicile sis 82, rue d’Hauteville, 75010 – Paris, qui est déjà l’adresse de correspondance du FASV. Aussi demande-t-il à l’assemblée d’approuver le transfert du siège du FASV, ce qui est voté à l’unanimité et sera entrepris aussitôt. Le compte bancaire du FASV au Crédit Agricole, pareillement ouvert à l’origine à Villefranche-de-Rouergue, sera également transféré à Paris ultérieurement.

 

 

> Recrutement d’un permanent

 

L’ampleur des tâches engendrées par le fonctionnement du Fonds d’Action Saint-Viateur apparaît de façon évidente et Pierre Frégeac constate qu’il est devenu difficile d’accompagner le développement de l’association avec les ressources humaines actuelles. De façon à ne pas obérer cette croissance profitable aux bénéficiaires de l’aide fournie par le FASV mais, au contraire, de donner une impulsion nouvelle à l’activité de l’association sans renoncer au principe d’affecter l’intégralité des dons reçus aux œuvres de Saint-Viateur en Côte d’Ivoire, il propose de rechercher un mode de financement d’un collaborateur permanent qui viendrait renforcer l’organisation de l’association.

 

La gestion courante, l’administration, les relations avec les membres, partenaires et institutions, l’organisation et le suivi des conteneurs, la recherche et la collecte de dons en nature, la fourniture de ces dons à un nombre accru de destinataires, la multiplication et la diversification des sources d’approvisionnement ainsi que des catégories de dons, la tenue du site internet du FASV et tant d’autres fonctions relevant de l’intendance, de la communication et du développement, seraient ainsi durablement prises en charge par un délégué venant renforcer le travail des bénévoles.

 

Consciente de la nécessité de franchir cette étape, l’assemblée encourage cette initiative qu’elle approuve à l’unanimité. Elle charge le conseil d’administration de concrétiser ce projet et de trouver la meilleure solution pour répondre à ce besoin dans le cadre défini.

 

 

> Projets

 

Comment faire plus et mieux encore ? Comment s’inspirer des idées qui marchent pour les mettre en œuvre plus largement ?

 

C’est le moment de revenir sur quelques opérations qui marchent et d’en suggérer de nouvelles.

 

. Philippe Blanc a déjà présenté l’année dernière le résultat de ses « bol de riz » et de ses Journées de la solidarité à Saint-Thomas d’Aquin à Oullins, St-Genis Laval et Mornant, et bientôt sans doute à Lacordaire à Marseille, toujours couronnés de succès grâce à la participation massive des élèves

. Claude Thomas-Codant et Christine Peycelon ont organisé plusieurs types de collecte au collège Louis Querbes à Vourles avec les élèves et les parents d’élèves, de même que Bernard Buisson au collège du Sacré-Cœur d’Annonay, Christian Gérard au collège Saint-Viateur d’Amplepuis dont le cross est une réussite, et Pierre-Etienne Vanpouille, au lycée Louis Querbes à Rodez, qui a mis en place un « projet Afrique » en sensibilisant les élèves tout au long de l’année scolaire et en réunissant des fonds et de nombreux dons en nature etc.

 

Ce sont de bonnes bases pour pérenniser ces actions, les élargir et les intensifier.

 

. Philippe Blanc avait également suggéré l’idée d’une tombola du FASV, livrant le témoignage d’une association lyonnaise « Afrikavenir » qui en organisé une pour le Sénégal, avec des résultats spectaculaires dus à la très forte implication de l’équipe de jeunes qui l’a pilotée. Un exemple qui pourrait être suivi régionalement… Qui pourrait en prendre l’initiative ?

. L’idée d’organiser des dîners ivoiriens (ex. : attiéké-poisson braisé), des marchés de niama-niamas (petit artisanat africain) à l’occasion de rencontres, de fêtes ou d’un événement spécial reste d’actualité. C’est à la fois une animation et une source de revenus importants. A vous de jouer !

 

. Après Dominique Bossard, Antoine Chaigne propose d’organiser des concerts au profit de Saint-Viateur Côte d’Ivoire. Il étudiera ce projet avec Jean-Michel Grèzes et Meg Morley, également musicienne. Les concerts pour collecter des fonds ont montré leur succès. Avis aux artistes !

 

. Toute soirée ou événement festif permettant de collecter des fonds pour le FASV repose sur un nombre de participants élevé multiplié par un montant de contribution faible (il peut être plus facile de demander -et d’obtenir- 1 € à 100 personnes que 100 € à 1 personne !), effet de levier classique à mettre en œuvre en diverses circonstances (soirées familiales élargies, mariages, anniversaires, soirées karaoké etc.) Pensez-y, comme Elizabeth et Alain Cornut qui mettent au bénéfice du FASV leur cinquantième anniversaire prochain !

 

. Agnès Meilhon confectionne des sachets de lavande de son jardin pour les vendre en toute occasion dans le même but, Kra N’Guessan a mis aux enchères l’un de ses tableaux pour le FASV.

 

. Nathalie Legallais organise pour la 2ème fois cet été une exposition de dessins d’enfants de Côte d’Ivoire dans le centre de loisirs qu’elle dirige au Rouget (Cantal) afin de sensibiliser les jeunes à l’une des activités proposées, à la fois utile, éducative et généreuse, qui consiste à collecter des fournitures scolaires et des jouets pour les enfants de Bouaké.

 

. Jean-Louis Delcourt propose de s’investir dans la collecte de lunettes et d’étudier ce qui pourrait se faire dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère le 17 octobre de chaque année.

 

. Denise Guillin offre de rechercher chapelure, lait en poudre et produits de puériculture.

 

. Jean-Lou Guillin va s’enquérir de la disponibilité d’ordinateurs à la BNP/Paribas et rechercher d’autres contacts, de même que Benoît Rain qui s’intéresse également au projet de site internet.

 

. Gérard Vélu propose une mise en relation avec ATD Quart-monde ainsi que de contribuer à l’élaboration du site Internet du FASV, tant désiré, tant attendu et devenu si nécessaire. Rendez-vous est pris à la rentrée avec toutes les bonnes volontés et les experts en la matière !

 

. L’exposition de dessins d’enfants ivoiriens « Afrique(s) » du FASV est toujours disponible. C’est notamment une opportunité pour tous les membres du FASV qui sont dans l’enseignement. Pourquoi pas un projet pédagogique s’appuyant sur une expo de ces dessins ? Pourquoi ne pas réaliser, en retour, des dessins destinés aux classes ivoiriennes pour leur faire découvrir la vie en France etc. ?

 

. Bernard Dumortier va promouvoir la logistique du FASV afin de la « vendre » à d’autres associations qui ont également leurs actions en Côte d’Ivoire mais hésitent à s’engager dans les méandres de la logistique internationale ou bien n’ont pas assez de volume pour affréter des conteneurs. Cela se fait déjà avec LACLEF, SERSO, Lavigerie etc. C’est avantageux tant pour le FASV qui « rentabilise » ses envois en amortissant mieux les frais fixes que pour l’association « cliente » qui peut réaliser ainsi des envois simplifiés et à moindre frais. Chacun peut promouvoir cette offre et renvoyer les demandes à Bernard pour devis.

(tél. : 01 46 04 08 09, port. : 06 32 21 60 32, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ).

 

Bref, quand on a déjà fait ses preuves, reste à persévérer ! Bon courage à chacun dans toutes ces initiatives. Qu’elles inspirent le plus grand nombre ! La boîte à idées reste ouverte…

 

> Faites-nous part de vos besoins et de vos suggestions sur la meilleure façon de collecter des fonds et des dons en nature pour le FASV. Merci.

 

__________________________________

 

L'ensemble des points inscrits à l'ordre du jour ayant été traités, et après une large et chaleureuse discussion, le Président remercie une nouvelle fois les participants puis lève la séance à 14 H.

 

Conseil d'Administration du Fonds d’Action Saint-Viateur

 

> Elu par l'Assemblée Générale ordinaire du FASV du 14 juin 2003 pour cinq ans renouvelables,

le Conseil d'Administration du FASV est composé de Pierre Frégeac, Président ;

Bernard Dumortier, Vice-Président ; Pierre Demierre, deuxième Vice-Président ;

Jean-Michel Grèzes, Secrétaire Général ; Jacques Mazzéi, Trésorier.

 

__________________________________________

 

Fonds d’Action Saint-Viateur, Pierre Frégeac

82, rue d’Hauteville, 75010 - Paris

Tél. dom. : 01 47 70 08 00, port. : 06 79 37 90 54, bur. : 01 53 34 30 00, fax : 01 53 34 30 10

e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Clercs de Saint-Viateur, P. Carlos Orduna

25 B.P. 569, Abidjan 25, Côte d’Ivoire

Tél. : (225) 22 47 56 59, fax : (225) 22 47 46 49, port. : (225) 05 99 31 26

e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

FASV (Association des Amis des Missions Viatoriennes de Côte d’Ivoire - J.O. du 31/07/99, n° 177)

Crédit Agricole Quercy Rouergue, AGRIFRPP812, FR76 1120 6000 2350 0049 6553 677, code étab. 11206,

code guichet 00023, n° compte 50 004 965 536, clé RIB 77, Villefranche-de-Rouergue (tél. 05 65 75 75 78),

Titulaire : Fonds d’Action Saint-Viateur, c/o Pierre Frégeac, 82, rue d’Hauteville, 75010 – Paris

Assurance responsabilité civile : Groupama Affinités multirisque, agence Bastille, contrat n° 491011D001

 

 

 

 

Fonds d'Action Saint-Viateur

Roger Viargues (1917 – 2000)

 

 

Liste des membres du FASV présents ou représentés à l’Assemblée Générale du 2 juillet 2005 (par ordre d’enregistrement) : 

 

 

Michel Hagège, Virginie Lecourt, Anne-Marie et Claude Durand, René et Marie-Agnès Noyel, Jean-François Dézé, Annie Gerbault, Marcel Deslandes, Etienne et Nicolle Vallée, Yves et Yveline Charaudeau, Benoît Bernard, Michel Ernoult, Bernard Valorge, Philippe Hersant, Fernand Ratier, Michel Caillard, Christophe Mulliez, Christian et Marie-Lise Moser, Jean-Marie Cros, Joseph Lafitte, Marcel Lécrivain, François Charlou, Claude Bouyssière, Jean-François Crédoz, Jean-Gabriel Albingre, Serge Fabre, Jean-Bernard Bruneteaux, René et Josette Bourcier, Jean-Claude et Jeannette Poizat, Françoise et Jean-Pierre Ariaux, Dorothée et Mathieu Degruson, François Groussard, France et Joël Jamonneau, Jean-Claude et Véronique Poutoux, Kassimi Bamba, Cédric et Marie-Bérangère Troadec, Jean-Emile Nikiranuye, Michel Thomazi, Jean-Bernard et Anne-Marie Cailleret, Paulette Palayret, Paul et Marie-Lucie Chirat, Roger Debaud, François Derbanne, Marie-Thérèse Charrier, Manu Rubio, Bernard et Sabine Dedieu, Jean-Louis Buron, Bernard et Edith Moulin, Pierre et Agnès Meilhon, Jacques et Marie-Thérèse Dallard, Odile et Bernard Courant, Elizabeth et Alain Cornut, Denise Blin, Bruno Vallée, Christian et Chantal Thomas, Françoise Deniau, Pierre et Mme Cantrelle, Robert Grèzes, Kra N’Guessan, Carlos Orduna, Léon Desbos, Danielle Arsan et Alain Sauvé, Françoise, Lucile et Marion Frégeac, Patrick et Anne Perrin, Meg Morley, Bruno Boutrolle, Claude et Yolaine Bossard, Dominique et Maryse Bossard, Jacques Mazzéi, Armand de Goÿs, Jean-Claude et Patricia Leroy, Yves Glorieux, Geneviève Roux, Pierre Demierre, Claude et Jacques Risacher, Denys Ferrando-Durfort, Bernard et Maryse Ferrand, Josette Blanc, Philippe et Monique Blanc, René Despeyroux, Jean-Louis Delcourt, Jean-Lou et Denise Guillin, Antoine et Sophie Chaigne, Gérard et Anne Vélu, Jean-François Nijman, Yao Alla, Jacques Malençon, Benoît Rain, Jean-Michel Grèzes, Bernard Dumortier, Pierre Frégeac.

 

eburneo.com

eburneo.com FONDS d'action eburneo

Partager

AddThis Social Bookmark Button

Œuvres soutenues

Oeuvres soutenues par le Fonds d'Action Saint-Viateur en Côte d'Ivoire

Le Fonds d'Action Saint-Viateur Eburneo apporte son soutien, sous des formes diverses (financement de projets ; maîtrise d'oeuvre ; collecte, fourniture et transport de dons en nature ; transfert et remise de fonds sans frais ; subventions, bourses ; assistance technique, missions d'experts etc...), aux établissements, institutions, organismes et œuvres suivants :

> Ecoles, Collèges et Lycées Saint-Viateur d'Abidjan, Bouaké et Ferké (Charles Lwanga) ;
> Foyer Jeune Viateur à Bouaké ;
> Etablissements Don Bosco (Salésiens), Champagnat (Maristes), Sainte-Elizabeth (Filles de la Croix) de Korhogo
> Collège de filles de Béoumi (Soeurs de La Providence, avec le Foyer de filles de Marcory, le Centre Chappoulie de Yopougon et le Foyer de filles de Bongouanou) ;
> CERAP-INADES (Centre de Recherche et d'Action pour la Paix) (Jésuites) et ASMU (Action sociale en milieu urbain, avec les Xavières) à Abidjan ;
> Centre de rééducation fonctionnelle Don Orione et Centre Culturel Catholique de Korhogo (Xavières) ;
> Centre de santé mentale Jubilé de Korhogo (Filles de la Croix) ;
> Orphelinat Le Bon Samaritain à Katiola ;
> Hôpital général et de santé mentale Saint-Camille à Bouaké (Grégoire Ahongbonon avec LACLEF) ;
> Maison des Bébés - Amis des malades (Elizabeth et Augustin Amoakon) à Bouaké
> Caritas de Notre-Dame de Nazareth et de Saint-Paul de Gonfreville à Bouaké, de Saint-André Kagwa à Bouna et de Sainte-Odile à Bondoukou ;
> Foyer de filles Clair Logis, Maison de l’Enfance, Centre Solidarité Action Sociale avec Orphelins Enfants Sida (OSI), Monastère et Centre de santé - maternité Sainte-Marie Oliénou (Bénédictins) à Bouaké ;
> Dispensaire, école et projet spiruline de Raffierkro ;
> Ecoles et centres d'apprentissage des Soeurs de Saint-Joseph (Taabo et Tiassalé) ;
> Société de l'Apostolat Catholique - Pallotins (Notre-Dame de la Paix, Yamoussoukro et Grand-Béréby) ;
> Saint-Philippe à Abobo (Jésuites et Xavières) ;
> Société des Missions Africaines (SMA) ;
> Pères Blancs
                    et tant d’autres...

Liens

Ambassade de Côte d'Ivoire en France
www.ambassadecotedivoire.fr
 
Ambassade de France
en Côte d'Ivoire

www.ambafrance-ci.org

_________



Le Fonds d'Action Saint-Viateur soutient les oeuvres ivoiriennes des :

 Clercs de Saint-Viateur
http://www.querbes.org
http://csviator.info
http://viateurs.fr


Soeurs de la Providence
http://soeursprovidence49.cef.fr

Xavières
www.xavieres.catholique.fr/-La-Xaviere-.html

Jésuites
www.jesuites.com/missions/hors_frontiere/lettre.htm

CERAP-INADES
www.cerap-inades.org

Salésiens
www.salesien.com
donboscoafo.org/sdbci


Maristes
www.maristes-france.org/spip218

Marianistes
www.marianistes.com/v5/index.php

Missions Africaines SMA
www.missions-africaines.net

Pères Blancs
http://peres-blancs.cef.fr
www.africamission-mafr.org


Filles de la Croix
www.fillesdelacroix.net

Soeurs de Saint-Joseph
http://stjosephlyon.org

Foyers Clair Logis
www.claireamitie.org/index.htm

Bénédictins de Bouaké
www.encalcat.com/les-fondations_36.php
bouakeolienou.centredesante.over-blog.com

Société de l'Apostolat Catholique (Pallotins)
www.ndpbasilique.org/accueil.php
www.pallotti-sac.org


Centre Solidarité Action Sociale Bouaké (OSI)
http://osi.bouake.free.fr/?-Centre-Solidarite-Action-Sociale-

Association Raffierkro
http://raffierkro.org/album.html