VOUS ÊTES ICI : Accueil Les Infos Côte d'Ivoire
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Recherche

fasaintviateur.com

Les Infos Côte d'Ivoire

Envoyer Imprimer PDF

Thumbnail imageLes Infos Côte d'Ivoire

Créées en 2002 par le Fonds d'Action Saint-Viateur, à Paris, lors de la rébellion et après l'interdiction des medias libres en Côte d'Ivoire, au Nord comme au Sud, "Les Infos Côte d'Ivoire" constituent l'unique revue de presse quotidienne et régulière des journaux et magazines ivoiriens, africains et internationaux.






Elle n'a pas d'équivalent (plus de deux mille éditions parues, toujours disponibles ; des milliers de lecteurs quotidiens). Libre et indépendante, elle est dédiée à l'actualité ivoirienne et africaine, et croise tous les points de vue, les plus divers et les plus contradictoires, sans aucun parti-pris, ni politique, ni confessionnel.







Son seul but est de tenter d'être exhaustive afin d'éclairer, sous tous les angles, les débats d'actualité et les problèmes de société, pour en permettre une lecture plus complète et contribuer à en assurer une meilleure compréhension.

Des liens entre les titres du sommaire et chaque article, lien "retour au sommaire" en fin d'article compris, facilitent le parcours des Infos Côte d'Ivoire et permettent au lecteur d'aller à l'essentiel de ce qui l'intéresse, parmi la profusion des articles sélectionnés chaque jour.  

C'est, à la fois, l'énorme travail et l'ambitieuse (bien que modeste...) contribution des Infos Côte d'Ivoire au retour de la démocratie et de la paix en Côte d'Ivoire...

"Les ICI" sont réalisées et diffusées à présent par le CERAP (Centre de Recherche et d'Action pour la Paix), à Abidjan, en lien avec le Fonds d'Action Saint-Viateur.

Directeur : Denis Maugenest ; réalisation : Serge-Azide Lorougnon ; assistant de réalisation : Apollinaire Kouadio. Fondateur, conseiller éditorial : Pierre Frégeac.

Disponible uniquement par email et par abonnement, la revue de presse "Les Infos Côte d'Ivoire" est un service gratuit (diffusion privée, droits réservés). Pour la recevoir chaque soir, il suffit d'en faire la demande auprès de Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.






Héritier de l'ancien Institut Africain de Développement Economique et Social (INADES) créé en 1962, le CERAP, œuvre jésuite, est composé de 4 départements : l'Institut de la dignité et des droits humains (IDDH) avec l'Ecole des Sciences Morales et Politiques d'Afrique de l'Ouest (ESMPAO), le Centre de documentation du CERAP (CEDOC), les Editions du CERAP (EDICERAP), et l'Action Sociale en Milieu Urbain (ASMU) www.cerap-inades.org
____________________________________________________________________________________





Recevez chaque jour à votre adresse email les Infos Côte d'Ivoire !












Exemple d'une édition des Infos Côte d'Ivoire (extraits) :

Les Infos Côte d'Ivoire n° 2116
 lundi 17 mai 2010

Portail d'information et de documentation sur la Côte d'Ivoire


Réalisé et diffusé par le Centre de Recherche et d'Action pour la Paix (CERAP) - Abidjan
www.cerap-inades.org

Fondé par le Fonds d'Action Saint-Viateur (FASV) - Paris
www.fasaintviateur.com
Nous contacter, commenter, réagir, ne plus recevoir, ajouter des destinataires
: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
__________________________





« Si nous n'empruntons pas de nous-mêmes les sentiers difficiles qui nous permettront de nous réinventer [...], nous sommes condamnés à retomber dans la barbarie. »

Breyten Breytenbach, cité par Serge Truffaut / LEDEVOIR.COM

 _________________________

SOMMAIRE







INFOS IVOIRIENNES

INFOS AFRICAINES

INFOS DU MONDE

Vie politique en Côte d’Ivoire : le monde à l’envers
Le Patriote - 17/05/10




La participation à la vie politique devrait paraître comme une sorte de consécration à ceux dont la réussite est éclatante dans d’autres domaines (enseignement, barreau, médecine, affaires, économie, …). Ainsi, la politique devrait couronner une carrière accomplie. C’est le cas de : Alassane D. Ouattara, Henri K. Bédié, Jacqueline Oble, Francis Wodié, et bien d’autres. Mais sous nos tropiques c’est l’effet contraire qui semble évident.

En effet, en Côte d’Ivoire c’est par effraction qu’on entre dans la sphère politique. Des messieurs qui n’ont ni exercé dans l’administration ni occupé des postes de responsabilité s’accaparent avec arrogance l’espace politique. Et deviennent subitement des stars politiques. C’est le cas du très brillant tricheur Blé Goudé. Incapable d’avoir une licence d’Anglais, notre donneur de leçon, l’idole des médiocres se voit propulser Directeur de campagne adjoint du candidat Laurent Gbagbo. Ce monsieur est devenu le principal générique de notre RTI. La star politique ne s’arrête là. Il débite à longueur de journée et sans interruption des injures aux personnalités politiques qui ont pour simple tord la conquête du pouvoir. Le fils de « Woody » ira jusqu'à dire : « Ouattara est une fausse solution ». Et « Bédié et Ouattara sont des marionnettes de la France ». Le petit vieux patriote qui combat avec véhémence la calvitie à très certainement atteint la ménopause intellectuelle. Alors comprendre des programmes de gouvernement devient du coup un exercice périlleux pour l’ex fraudeur. Il revient donc aux candidats de s’adonner à une lecture expliquée pour tenir de Blé Goudé et consort.

Nous sommes en printemps des stars politiques qui polluent notre pays déjà confronté aux effets de déchets toxiques convoyés sous la refondation. Ainsi ces pensionnaires de l’académie « la refondation » que sont Elie Halassou, Sam l’africain, Richard Dacoury, Ahoua Stallone …marchent en ce moment sur l’eau parce que devenus trop puissants n’hésitent pas à jeter l’opprobre sur les hommes politiques. Les opposants sont devenus à leurs yeux de véritables moins que rien. Ces opposants qui dans l’intérêt supérieur de la nation osent annuler des marches pacifiques visant à obtenir une date exacte et définitive des élections. L’important pour nos stars politiques, c’est leur soupe. La préserver est leur principale obligation.

Le paradoxe est que ces guignols politiques qui autrefois affirmaient avoir enrôlé plus de quatre(4) millions d’ivoiriens pour Gbagbo ne veulent plus entendre parler d’élection. Nos académiciens mettent le cap à présent sur la désinfection, le nettoyage et le déparasitage des listings électoraux comme préalable à la tenue des élections. Et pendant que ces messieurs sont occupés à chercher des désinfectants et autres potions, la population ivoirienne est assignée à la pauvreté, aux souffrances, à la précarité, à la cherté de la vie et aux inégalités flagrantes. Il suit de là que les ivoiriens deviennent de plus en plus sensibles à l’argent qu’aux programmes de gouvernement. Car dit on : « ventre affamé n’à point d’oreilles ». Ainsi les discours de l’opposition qui n’ont d’autres objectifs que l’organisation des élections justes et transparentes gage de développement véritable semblent ne pas avoir d’écho. Les élections deviennent ainsi une arlésienne.


L’alternance tant souhaitée autrefois par l’ex opposant devenu l’homme fort du pays s’éloigne des ivoiriens. Pendant qu’elle s’enracine au Mali, au Ghana, au Bénin, et se rapproche de la Guinée, l’alternance démocratique devient une vue d’esprit en Côte d’ Ivoire.

Nous sommes peut-être en droit de nous demander si notre pays n’est pas entrain de devenir atypique?

Richard Dogni dit Général Lokoko, Secrétaire général du Congrès des Anciens de la Fesci (CAFES), 2ème vice président de la Coalition pour le Changement (CPC)

Retournez au sommaire





Aller au-delà du jeu politique

Soir Info - 17/05/10

Mille supputations circulent sur le huis clos Gbagbo-Bédié au point de créer une grosse suspicion au sein du rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).

Au sein et entre les quatre principaux partis, de l’opposition, réunis dans ce groupement politique, ce n’est plus la grande cohésion. Les vives protestations de certains militants et la cacophonie au sommet du présidium du Rhdp incapable de s’accorder après deux jours de longues réunions sur un communiqué commun de report ou non d’annulation de la marche du 15 mai 2010 montrent bien que la rencontre au sommet entre les présidents du Pdci-Rda et le chef de l’Etat ivoirien a laissé des traces. Le refus de Mabri Toikeusse de l’Udpci et du président du Mfa, Anaky Kobenan de signer ce communiqué final est pour certains le signe d’une prochaine implosion du Rhdp. Le lourd silence d’Alassane Ouattara, président du Rdr, tout comme les éclats de voix du tonitruant Anaky Kobenan renforcent les signes de la désunion annoncée.

Quoiqu’il en soit, Gbagbo a joué et gagné doublement. Il a, primo, obtenu le report sinon l’annulation pure et simple de la marche du 15 mai pour permettre l’organisation en toute quiétude des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad) à Abidjan. Secundo, Gbagbo a semé le trouble dans le camp de ses adversaires politiques et s’est positionné du coup comme un manœuvrier. En définitive, Gbagbo Laurent a réussi son coup. Alassane Ouattara est dans l’embarras et Bédié est confronté à la fronde. Mais l’avantage du président du Pdci-Rda, ici, est qu’il a décidé de jouer franc et direct. Une fois n’est pas coutume, l’ancien président ivoirien ne veut pas subir les choses par un silence coupable. Fait rarissime, il parle et lance une grande campagne de presse pour expliquer et défendre sa position.

Ayant pris la pleine mesure de la gravité de la situation, il est monté, lui-, au créneau. L’affaire est trop grave et sérieuse pour laisser tout comme à l’accoutumée aux mains des seconds couteaux, à l’occurrence Djédjé Mady. Bédié a parlé juste pour défendre ses choix. La Côte d’Ivoire a déjà trop souffert des troubles. La sang a déjà trop coulé et il est sage d’empêcher la tenue d’une manifestation dont les signes annonciateurs ne présageaient rien de pacifique. Bédié tout comme Alassane Ouattara affirment avoir fait le choix de prendre le pouvoir par les urnes et non dans le sang. Que ceux qui répondent d’eux s’alignent sur cette position. Un point, un trait. Si cette position actuelle fait l’affaire de l’adversaire politique Gbagbo tant pis. C’est cela le sens de la responsabilité et du leadership. Pour une fois, il faut saluer le sens de la maturité des principaux acteurs politiques ivoiriens.

Le président Laurent Gbagbo, qui a initié cette rencontre salvatrice en toute humilité, a su mettre en avant les intérêts supérieurs de la nation déjà mis à mal par plusieurs années de guerre. L’accalmie créée par cette rencontre Gbagbo-Bédié doit être, cependant, capitalisée. Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Il faut aller au-delà en trouvant le moyen de régler tous les problèmes qui fâchent dans un dialogue constructif. Nous avons bon espoir, c’est que ce dialogue direct entre les leaders débloquera le processus électoral, la réunification du pays pour l’avènement d’une paix véritable en Côte d’Ivoire.

Amos Beonaho

Retournez au sommaire

 

Après le report de la marche du 15 mai...
San Finna - 17/05/10

Report sine die de la marche du 15 en Rci : ne pas y applaudir, c’est  ne pas vouloir le bien de ce pays

Quand Laurent Gbagbo s’est mis en chantier pour palabrer avec Henri Konan Bédié afin d’obtenir son implication dans le report de la marche des « Houphouétistes » du 15 mai 2010, la réaction des milieux et officines de toujours n’a pas tardé à se manifester par des voies multiples : voilà encore en œuvre l’éternel roublard, l’insaisissable, le boulanger,  l’homme qui n’a pas peur de plomber l’économie de son pays en refusant de fixer une date définitive des élections ; celui qui, au lieu de préparer la paix, prépare la guerre en réarmant à mort les FANCI ; il nous tend un nouveau piège à con avec sa démarche envers Bédié quand tout le monde connaît maintenant son jeu… Et patati et patata.

Qu’il se trouve des Ivoiriens pour tenir ce langage, passe encore si l’on peut dire mais c’est tout à fait insupportable d’observer que ceux qui excellent le plus dans ces réquisitoires outrageants, ce sont des gens de l’extérieur et qui viennent souvent de chez nous.

Quand, oublieux de notre passé interventionniste, de nos implications passives ou actives dans le pillage des ressources de la Côte d’Ivoire comme dans le réarmement des ex-rebelles, nous nous muons en négationnistes au point de nous ériger en templiers de la Vertu pour conseiller, critiquer, admonester les dirigeants ivoiriens, nous ne faisons pas œuvre responsable. Au lieu de colmater les fractures entre nos deux pays, nous les creusons davantage et rendons encore plus difficile la gestion du futur pour les générations burkinabé et ivoirienne à venir.

Ceci dit, resituons la question dans son contexte le plus noble.

Il faut reconnaître que Laurent Gbagbo a eu une bonne intuition de plus à travers cette initiative en direction de l’ancien président Henri Konan Bédié. Le premier Ivoirien, qui sait à l’occasion ravaler son amour-propre, se faire plus petit que petit (et c’est pour cela aussi qu’il est grand) n’a rien ménagé pour ménager les susceptibilités des uns et des autres afin d’obtenir le report des manifestations. Il savait que la Côte d’Ivoire courrait au-devant d’autres bains de sang car mieux que quiconque, il est placé pour connaître les tireurs de ficelles qui ne craignent pas de faire des calculs pour leur victoire politique en faisant couler le sang. Tout président en exercice de la Côte d’Ivoire qu’il est, il a alors décidé d’aller au charbon, de faire la démarche en tant que demandeur de paix vers ceux qui peuvent aider à l’obtenir. Il est allé vers son prédécesseur, son «Koro », Henri Konan Bédié, à son domicile, pour en faire justement le siège des négociations (chapeau bas pour la géniale trouvaille !), et là-bas, il a fait venir d’autres bonnes volontés, notamment le Représentant du Facilitateur, Boureima Badini, pour demander à l’héritier en chef d’Houphouët, « Yafa ! » (NDLR : laisses passer), bref de « faire  pardon », comme on dit en « Ivoirien » et en « Africain »,  afin que le drame annoncé ne se produise pas.

Ce déplacement à la résidence de Bédié à Cocody, qu’imprudemment certains avaient assimilé à un fiasco programmé, est loin d’avoir créé la suspicion au niveau des « Houphouëtistes » puisqu’en dehors de deux petits partis, tout le monde est tombé d’accord.

Il y avait en effet gravé  dans les esprits de tous, que cette date était une date fatidique, celle où le sang devait couler, où les prédateurs, les violeurs de tout acabit allaient s’en donner à cœur joie, le jour où les espoirs de retour de la BAD s’envoleraient, celui où la reprise du processus électoral devait être définitivement gelée, mais surtout où la Côte d’Ivoire allait replonger dans les affres de la violence.

Comment Henri Konan Bédié, héritier de Félix Houphouët Boigny, qui a déjà eu en charge les destinées de ce pays et auquel on faisait la politesse sans précédent d’une « visite d’Etat », pouvait-il laisser les choses aller jusqu’à leur dénouement dramatique, encore et surtout qu’il avait déjà participé à des mots d’ordre du genre qui n’ont eu pour résultat que de laisser sur le carreau, de pauvres victimes ? Il aurait montré ici un goût peu glorieux de l’hospitalité, méconnu les leçons du passé, dégradé sa part d’histoire quand il était en responsabilité, il aurait trahi la mémoire d’Houphouët en foulant au pied les enseignements de ce dernier sur la force du dialogue et de la paix. Il ne faut pas s’étonner alors du succès de cette démarche, un succès à réplique, disons-le, car sur la question du dialogue et de la paix, Henri Konan Bédié ne pouvait pas se laisser doubler, même par Laurent Gbagbo (c’est après tout leur label au PDCI, que Diable !), et quitte à rentrer en querelle avec les autres « Houphouëtistes » ou les autres membres de l’opposition, il était mis en contrainte de surseoir à ce 15 mai. D’où l’ engagement déterminé du patron du RDA pour le report. Il n’aura même pas pris en compte le conseil de certaines voix bien pensantes de l’étranger pour troquer ce report contre une date utile pour les élections !

Alassane Dramane Ouattara, qui n’a pas été associé aux négociations, sentait sans doute les mailles du filet se resserrer sur lui. Présenté de plus en plus  comme le bailleur des ex-rebelles, leur père fondateur (et qu’une certaine Presse continue de décrire comme l’homme qui ne craindra pas de faire verser encore le sang pour assouvir ses ambitions politiques via les Chérif Ousmane et autres), il ne pouvait pas se laisser isoler à la marge et revêtir par le fait, le manteau de celui qui s’oppose à la paix. Alors, il a su avaler bien de couleuvres pour sortir du piège et se prononcer publiquement et officiellement comme un chaud partisan du report sine die de cette manifestation. La partie était trop difficile à jouer. Il avait à s’opposer, certes à Laurent Gbagbo, mais aussi à Guillaume Soro premier Ministre et SG des Forces nouvelles, à Henri Konan Bédié, le patron du PDCI, au Facilitateur engagé dans l’omission du 15 dans l’agenda de l’opposition. Il allait aussi indisposer le représentant des Nations Unies, des ambassadeurs comme ceux de France et des USA qui, sans être directement partie  à la palabre, en étaient informés par le menu et surtout souhaitaient ne pas être associés un jour à ceux qui ont vu venir l’hécatombe et qui n’ont pas su dire «Ne franchissez pas le rubicond ! ».

Bravo donc à Laurent Gbagbo, mais mettons aussi à un niveau comparable Henri Konan Bédié. Souhaitons que ce dernier ne s’arrête pas en si bon chemin car avec son acceptation de rendre le dialogue vivant, productif, à la Houphouët Boigny, il a favorisé une nouvelle espérance de sortie de crise. Qu’il sache aller jusqu’au bout, ne pas jeter le manche après la cognée, montrer que si le souci des Ivoiriens est naturellement aux élections, il l’est tout autant voire plus à la réunification, au désarmement, et bon sang de bonsoir, convaincre une fois pour toutes tous ceux qui, à l’extérieur, s’agitent, parlent, éructent maladivement, qu’ils ne peuvent pas aimer plus la Côte d’Ivoire que les Ivoiriens eux-mêmes !

Victory Toussaint




Retournez au sommaire

 

Report de la marche du RHDP : Gbagbo, un fin manœuvrier
Le Pays - 17/05/10

Par un coup de génie dont lui seul a le secret, le président ivoirien vient à nouveau de renverser une situation qui était en sa défaveur. En réussissant à faire reporter la marche du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la paix) du 15 mai, Laurent Gbagbo a desserré une grosse étreinte qui risquait de compromettre bien de ses projets politiques.

Le plus urgent d’entre eux, on le sait, c’est le bon déroulement des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, gage d’un possible retour de l’institution à son siège abidjanais. Et pour arriver à ses fins, le rusé Gbagbo n’a pas hésité à faire profil bas et à se rendre chez l’un des leaders de l’opposition, pour plaider le report de la marche du RHDP. Sa stratégie a fait mouche. En Afrique, ce type de comportement où sont privilégiés les relations humaines et le respect des aînés, marque les individus.

En outre, Laurent Gbagbo a sans doute fait vibrer la fibre patriotique des opposants, en leur demandant de placer l’intérêt du pays au-dessus de ceux partisans. Laisser les étrangers de la BAD faire leurs assemblées dans la paix est aussi un acte profond de responsabilité, et le camp présidentiel ne manquera pas de l’invoquer face aux opposants. Enfin, il y a ce risque de débordement qui a fait dire à Djéjé Mady, le porte-parole du RHDP, et, plus tard Henri Konan Bédié lui-même, que le RHDP est par essence un mouvement pacifique qui veut éviter un bain de sang. En plus de tous les arguments sentimentaux, le chef de l’Etat ivoirien a-t-il aussi brandi la menace d’une répression de la manifestation ou de son infiltration par des éléments incontrôlés et subversifs ? Tout porte à le croire. Nul n’est insensible à toute question liée à la sécurité nationale. Si le président Gbagbo fait croire aux opposants que leur marche sera récupérée par d’éventuels comploteurs, il va sans dire qu’ils réfléchiront par deux fois avant d’engager leur manifestation.

Toujours est-il que quelles que soient les thèses défendues par le président Gbagbo, le résultat est là, tangible : elles ont fait leur effet. Reste à savoir ce que gagne en contrepartie l’opposition, elle qui tenait en cette marche un formidable moyen de pression contre Gbagbo. On mesure en tout cas difficilement les dividendes que l’opposition retire de sa capitulation. Pour les dégâts par contre, on est presque sûr qu’il en existe, le premier étant la cohésion entre partis membres du RHDP. Des fissures se sont fait jour et certains partis, certes marginaux, n’ont pas apprécié le report de la marche. Au sein des militants, le RHDP devrait sans doute aussi gérer des frustrations. La base ne sait pas sur quel socle repose la trêve avec Gbagbo, en dehors des déclarations peu convaincantes de risques d’affrontements.

Elle pourrait donc suspecter les hiérarques du PDCI et du RDR, les deux principales forces du RHDP, d’avoir conclu un pacte secret avec Gbagbo. Comment en effet Bédié et Ouattara pourront-ils expliquer leur revirement alors qu’ils n’ont jamais été autant en position de force avec la manifestation du 15 mai ? Maintenir la pression jusqu’au bout, en promettant d’encadrer la marche de façon stricte, pouvait pousser le président ivoirien à lâcher au moins une date pour la présidentielle. Mais les opposants ont préféré lâcher prise. A ce jeu, l’opposition court le danger de se livrer pieds et poings liés à Gbagbo qui ne manquera pas chaque fois d’invoquer des risques de dérapages et d’atteinte à la paix sociale pour lui demander de surseoir à ses manifestations.

Pour le moment, la bagarre du 15 mai est reportée et on se demande si elle aura jamais lieu. surfant sur les thèmes de la paix nationale et du sens de l’hospitalité chers aux Ivoiriens, Gbagbo a pu éviter à peu de frais, semble-t-il, un bras de fer qui lui aurait été préjudiciable. Une fois de plus, dans le complexe échiquier ivoirien, il a su montrer ses talents de joueur hors pair.

Mahorou Kanazoe

Retournez au sommaire

 

Après le report de la marche des houphouétistes : les 4 leaders du Rhdp se concertent bientôt
Le Nouveau Réveil - 17/05/10

24 heures après la décision des présidents Henri Konan Bédié (Pdci-Rda) et Alassane Dramane Ouattara (Rdr) de faire reporter la marche du 15 mai dernier à une date ultérieure, le n°1 du Parti démocratique de Côte d`Ivoire est monté au créneau pour éviter que la rumeur et la suspicion nées de cette décision aient raison des militants du Rhdp encore sous le choc.

L`on se souvient que dès l`annonce inattendue du report de cette marche, certains militants ont exprimé leur incompréhension et leur déception, d`autres leur désapprobation, quand les plus nombreux s`interrogeaient par rapport à l`avenir du Rhdp. Et pour les adversaires de la coalition des Houphouétistes, qui, depuis la naissance du Rhdp à Paris en 2005, parlent d`union de circonstance, l`occasion était belle pour gloser. Que n`a-t-on pas entendu ? Il est vrai que les présidents Anaky Kobena du Mouvement des forces de l`avenir (Mfa) et Albert Mabri Toikeusse de l`Union pour la démocratie et la paix en Côte d`Ivoire (Udpci), mécontents dudit report, n`ont pas apposé leurs signatures sur le communiqué final du Rhdp différant la marche du 15 mai, mais jamais, il n`a été question du retrait du Mfa et de l`Udpci du Rhdp.

D`ailleurs, le président Anaky Kobena, qui s`exprimait quelques heures après la décision du Rhdp, a appelé à la cohésion au sein de la grande famille des Houphouëtistes non sans dénoncer les dysfonctionnements qui ont entraîné le report de la marche. A sa suite, le Président Henri Konan Bédié répondant au confrère de Rfi sur l`avenir de la coalition de l`opposition s`est voulu clair : " Vous n`avez pas enregistré de démission du Rhdp. Depuis jeudi dernier, nous n`avons pas eu l`occasion de nous rencontrer. Mais l`un est parti à Dakar pour une mission et l`autre à l`intérieur du pays. Mais plutôt que je saurai qu`ils sont de retour, nous reprendrons langue ". Et de source digne de foi, le week-end dernier a été mis à profit par les 4 leaders pour échanger au téléphone. Très bientôt, une rencontre est annoncée pour faire mentir ceux qui rêvent de l`éclatement de bloc des Houphouétistes.

Patrice Yao

Retournez au sommaire

 

Report de la marche du 15 mai : la refondation, quelle laideur !
Le Patriote - 17/05/10

Vouloir une chose et son contraire, tel est le psychodrame de la refondation, qui détruit depuis une décennie, les fondements et fondations de la Côte d’Ivoire.

Après avoir pleurniché et s’être pratiquement roulés par terre pour supplier le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, pour obtenir le report de la marche du 15 mai, les frontistes font maintenant la fine bouche, sur une prétendue culture de stratège politique de Laurent Gbagbo, qui, selon ses hagiographes et laudateurs, est «le maître du jeu politique» ivoirien. Poursuivant, ces relais vont jusqu’à dire que le RHDP est au bord de l’implosion. Maintenant qu’ils ont obtenu de pouvoir tenir les fameuses et légendaires Assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement, dans l’unanimisme et l’apaisement total, ils peuvent ergoter et pinailler. A la vérité, l’objectif recherché par Laurent Gbagbo et les siens n’était point l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire, comme ils le proclament à longueur de journée, mais bien la pérennité du pouvoir FPI.

Exit les retombées annoncées avec ces Assemblées annuelles. Tout se qui guidait les anciens socialistes, c’était la préservation de leur système et la mise à mal de la cohésion au sein du RHDP. Quel est donc ce pouvoir qui ne compte pas sur la démocratie et les urnes pour se maintenir aux affaires, mais sur la ruse, la violence, les désaccords entre ses adversaires, pour espérer bénéficier d’un sursis au sommet de l’Etat? On le remarque aisément, en allant «pleurer» devant Henri Konan Bédié, Gbagbo n’avait aucune pensée pour la Côte d’Ivoire, qui n’a jamais été sa tasse de thé. Il est uniquement obsédé par la conservation de son pouvoir sans élection. Curieux pour un «enfant des élections» et «un fils de la démocratie»! Au regard de ces explosions de joie et de bonheur mal contenu, il est loisible de comprendre que les militants et inconditionnels du RHDP avaient bien raison de se fâcher et de s’emporter avec la décision de report de leur marche. Ils sont assez avertis des pratiques de Laurent Gbagbo, qui, de l’opposition au pouvoir d’Etat, a opéré bien des trahisons et tiré profit de toutes les situations. Sa visite à Bédié n’est point une marque d’humilité ou de modestie.

Gbagbo est prêt à tout, même aux pires compromissions pour mettre son pouvoir à l’abri d’une quelconque mésaventure. En allant chez Bédié, l’homme avait une claire idée de ce qu’il faisait. En témoigne si joliment, les soi-disant «révélations» faites par certains organes sur le huis clos entre Bédié et Gbagbo. A supposer que tous les dossiers brûlants brandis dans la presse, qui accusent sans preuve, des dirigeants de l’opposition soient vrais. Qui a donc organisé la fuite, étant entendu que les deux personnalités ont parlé sans témoin, dans «un dialogue direct»? Quand on remarque ceux qui en font leur choux gras, il est loisible de saisir l’identité du visiteur qui a lancé ces pavés dans la mare, pour donner à ces adversaires, l’image de «déstabilisateurs, quand lui Laurent Gbagbo, serait un actant des élections. A n’en point douter, le RHDP doit comprendre qu’avec Laurent Gbagbo qui se présente comme «un animal politique» et pour qui, la politique est le métier de la ruse, de la roublardise et du double langage, «la politique exclut tout angélisme et tous les coups sont permis».

Après avoir obtenu le report de la marche, le camp présidentiel s’active maintenant à obscurcir l’image du RHDP, à créer des tensions en son sein. En clair, si Bédié et Ouattara ont fait preuve de responsabilité et de sagesse, tel n’était pas le souci majeur de Gbagbo. Il avait une calculatrice en main, en franchissant le portail du successeur de Félix Houphouët Boigny. Les fadaises qu’on nous sert depuis cette rencontre, en sont des indices probants. La refondation, une vraie laideur!

Bakary Nimaga

Retournez au sommaire

 

Report de la marche des houphouétistes : félicitations aux femmes du Rhdp
Le Nouveau Réveil - 17/05/10

Disciplinées, les femmes du Rhdp n'ont pas déçu. Conduites par leurs présidentes Henriette Dao Coulibaly (Ufpdci), Virginie Touré Aya (Rfr), Dié Bonaho (Uf-Udpci) et Pauline Traoré (Fmfa).

Bien au contraire, elles ont fait savoir à l'opinion nationale et internationale qu'elles restent profondément attachées à l'houphouëtisme. Un concept qui fait trembler toutes les personnes dont les desseins se dressent contre la Côte d'Ivoire. A l'annonce du report de la marche du 15 mai, elles sont restées imperturbables, assurées que cette décision était empreinte de sagesse et d'intelligence. Car découlant d'un ancien président de la République et candidat respectable à la présidentielle en Côte d'Ivoire.

Ailleurs, on aurait entendu des sons discordants fusant de leurs rangs. Mais, elles ont gardé tout leur calme et mis un point d'honneur à suivre les consignes de leurs leaders. Indiquant, par conséquent, que le militantisme doit se nourrir de discipline, de respect de la hiérarchie et dans la positivité à toutes épreuves. Les jeunes et les femmes du Rhdp ont cloué une fois de plus le bec aux oiseaux de mauvais augure. Qui attendaient que ce sage comportement soit négativement interprété, en espérant voir naître la division dans la noble famille des Houphouétistes. Les uns et les autres auront tout simplement compris que le Rhdp est solide et se veut un net creuset des excellentes idées et des idéaux de Félix Houphouët-Boigny.

Retournez au sommaire

 

Report de la marche des houphouétistes : bravo aux valeureux jeunes du Rjdp !
Le Nouveau Réveil - 17/05/10

Tout le mérite revient aux jeunes du Rhdp qui ont pris l'initiative de la marche du 15 mai dernier, reportée sin die.

Karamoko Yayoro du Rjr, Kouadio Konan Bertin de la Jpdci, Yao Kouadio Séraphin de la Judpci et Diomandé Noël de la Jmfa, viennent encore une fois de démontrer qu'ils ont du répondant. Leur décision de dire non aux reports incessants de l'élection présidentielle a retenu toutes les attentions. La Côte d'Ivoire, on peut le dire, a arrêté de vivre, tous les projets ont été mis en veilleuse. On attendait l'issue de cette marche pour donner suite aux activités. Les leaders des structures de jeunesse du Rhdp ont donné la réplique à ceux qui s'égosillent à dire qu'il n'y a rien en face. Ils ont, par leur détermination, montré qu'ils sont à la hauteur de l'espérance que leurs partis placent en eux. Ils sont à féliciter parce qu'ils ont suivi à la lettre la décision du report de la marche que le président Bédié, à juste titre d'ailleurs, a rappelé qu'elle n'est pas annulée.

En démontrant dans leur attitude qu'ils sont des soldats à l'écoute de leurs directions respectives pour exécuter les mots d'ordre. D'ailleurs, la grande colère dont les militants à la base manifestent est l'illustration du travail de proximité qu'ils ont abattu sans relâche pour les galvaniser. Les jeunes doivent, en toute responsabilité, garder le cap parce qu'ils sont investis d'une mission noble : maintenir leurs camarades en éveil jusqu'à la tenue de l'élection présidentielle. Et Karamoko Yayoro, Kouadio Konan Bertin, Yao Kouadio Séraphin et Diomandé Noël ont pleinement conscience de la tâche qui leur incombe. Ils savent que dans la conduite de leur mission, ils seront confrontés à des embûches qu'ils doivent impérativement surmonter pour aller jusqu'au bout. Et la gestion de leur manifestation de rue prévue pour se dérouler le 15 mai dernier, s'inscrit dans cette logique.

Très rapidement, ils reprendront donc contact avec leurs camarades jeunes pour les inviter à maintenir le cap. Le bout du tunnel n'est pas loin au regard de la détermination du peuple tout entier qui n'attend que le top pour dire non au régime de la refondation.

Paul Koffi

Retournez au sommaire

 

Le « dévoyeur » de lutte
Nord-Sud - 17/05/10

C'est une révélation de taille qu'a faite, vendredi dernier, Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci). Si on en croit le sphinx de Daoukro, la lutte projetée pour le 15 mai avec des objectifs démocratiques clairs a malheureusement été dévoyée.

« L'esprit, l'objectif et les conditions de préparation de cet évènement qui se voulaient pacifiques, ont été dévoyés. Ils étaient de nature à nous conduire à l'affrontement, à la chienlit, aux pertes en vies humaines et au risque de replonger notre pays dans la plus imprévisible des aventures », a regretté l'ancien chef de l'Etat lors de sa conférence de presse de vendredi dernier. Qui aurait donc dévoyé ce combat pacifique qu'avaient voulu engager les jeunes houphouétistes ? Certainement pas le Pdci.

Du coup, les regards devraient être orientés vers les autres alliés du vieux parti au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). En se risquant à dire que l'Udpci et le Mfa ne sont pas vraiment des foudres de guerre, c'est vers le parti d'Alassane Ouattara que se dirigent les regards accusateurs. En quoi le Rdr aurait-il dévoyé la marche projetée par les jeunes ? En tous cas du côté de la Rue Lepic, on refuse d'engager la polémique. « Il y a plus urgent à faire, c'est-à-dire à colmater les brèches qu'à ouvrir un nouveau front », assure-t-on.

Marc Dossa

Retournez au sommaire

 

Report de la marche du Rhdp le 15 mai dernier : Bédié a encore sauvé la Côte d`Ivoire
Le Nouveau Réveil - 17/05/10

Tous ceux, qui ont encore la force de sortir pour aller boire un vin ou une bière au bistrot, pour aller manger un poulet braisé dans un maquis ou prendre une glace quelque part, ce samedi 15 mai 2010, n`avaient qu`un nom à la bouche : Henri Konan Bédié !

En référence à la décision que le président du Pdci-Rda, en accord avec celui du Rdr, Dr Alassane Dramane Ouattara, a prise de reporter la marche des jeunes et des femmes du Rhdp, prévue pour le samedi 15 mai 2010. C`était l`euphorie générale le soulagement samedi et dimanche 16 à Abidjan et dans tout le pays. J`ai été envahi par la chair de poule quand une dame ghanéenne, à ma vue, s`est mise à genoux et a dit : " Glory to God. Bédié is the savior ! (1) Comme elle a raison, cette bonne dame. Quand on prend du recul, le Président Bédié a évité un carnage national à la Côte d`Ivoire. Le cocktail était explosif. Il faut avoir des réseaux pour appréhender les problèmes à leur juste mesure et prendre les décisions judicieuses.

Le lundi 10 mai 2010, le Président Bédié reçoit le chef de l`Etat Gbagbo à son domicile. Gbagbo n`a pas demandé à rencontrer le Rhdp, mais uniquement Bédié. Le secret espoir de Gbagbo, à la veille de la marche prévue pour le samedi 15 mai, était de fissurer le Rhdp, en y établissant la suspicion. Mal lui en prit car le même jour Bédié informait ses alliés de ce qu`il a dit à Gbagbo que la marche est un droit constitutionnel. Et que, même s`il prenait un décret, cela serait nul et de nul effet.

La démocratie, on ne le dira jamais assez, n`est pas l`unanimité, encore moins l`unanimisme. Le compte-rendu de Bédié à ses pairs de sa rencontre avec Gbagbo fera l`objet de débat franc. Et il est heureux qu`il en fut ainsi. Mais la prescience est individuelle et personnelle. Et c`est là que s`imposent la dimension divine du leader et son génie. Devant le saut vers l`inconnu du samedi 15 mai 2010, jour prévu pour la marche des jeunes et des femmes, Bédié a fait montre de son génie de disciple de Félix Houphouët-Boigny. Et c`est au plan communicationnel qu`il va étaler toute sa classe de chef de l`Etat. Il consulte et communique tous azimuts : Choï, le Représentant spécial du Secrétaire général de l`Onu, Marc Simon, l`Ambassadeur de France en Côte d`Ivoire, Badini, le Représentant du facilitateur Blaise Compaoré. Ensuite, il confie en exclusivité au quotidien "Le Nouveau Réveil" : La marche est reportée ! Anticipation géniale. Les journaux ne devaient pas paraître pendant deux jours.

Or, la décision finale du Rhdp devait se prendre le mercredi 12 mai, quant à savoir si la marche du 15 mai était maintenue ou pas. Bédié prend ses responsabilités et indique la voie à suivre. Ce courage politique a l`avantage de donner à ses alliés, surtout aux réticents, de jauger si sa voie était mauvaise. L`absence de Mabri et d`Anaky à la décision finale du Rhdp de reporter la marche du 15 mai est un acquiescement sans commune mesure, la messe étant dite par les réactions dans le peuple. Cette communication choc de monsieur Bédié a coupé l`herbe sous les pieds au camp présidentiel qui a automatiquement arrêté ses manœuvres sordides. Tous ceux, qui pêchaient en eaux troubles, ont dû regarder par deux fois avant de poser quelques actes répréhensibles. Les douilles des kalachnikovs et des bazookas ont été retirés de leurs boîtiers et les escadrons de la mort automatiquement mis au chômage.

Etc...

Bonne lecture quotidienne des Infos Côte d'Ivoire !

 

eburneo.com

eburneo.com FONDS d'action eburneo

Partager

AddThis Social Bookmark Button

Œuvres soutenues

Oeuvres soutenues par le Fonds d'Action Saint-Viateur en Côte d'Ivoire

Le Fonds d'Action Saint-Viateur Eburneo apporte son soutien, sous des formes diverses (financement de projets ; maîtrise d'oeuvre ; collecte, fourniture et transport de dons en nature ; transfert et remise de fonds sans frais ; subventions, bourses ; assistance technique, missions d'experts etc...), aux établissements, institutions, organismes et œuvres suivants :

> Ecoles, Collèges et Lycées Saint-Viateur d'Abidjan, Bouaké et Ferké (Charles Lwanga) ;
> Foyer Jeune Viateur à Bouaké ;
> Etablissements Don Bosco (Salésiens), Champagnat (Maristes), Sainte-Elizabeth (Filles de la Croix) de Korhogo
> Collège de filles de Béoumi (Soeurs de La Providence, avec le Foyer de filles de Marcory, le Centre Chappoulie de Yopougon et le Foyer de filles de Bongouanou) ;
> CERAP-INADES (Centre de Recherche et d'Action pour la Paix) (Jésuites) et ASMU (Action sociale en milieu urbain, avec les Xavières) à Abidjan ;
> Centre de rééducation fonctionnelle Don Orione et Centre Culturel Catholique de Korhogo (Xavières) ;
> Centre de santé mentale Jubilé de Korhogo (Filles de la Croix) ;
> Orphelinat Le Bon Samaritain à Katiola ;
> Hôpital général et de santé mentale Saint-Camille à Bouaké (Grégoire Ahongbonon avec LACLEF) ;
> Maison des Bébés - Amis des malades (Elizabeth et Augustin Amoakon) à Bouaké
> Caritas de Notre-Dame de Nazareth et de Saint-Paul de Gonfreville à Bouaké, de Saint-André Kagwa à Bouna et de Sainte-Odile à Bondoukou ;
> Foyer de filles Clair Logis, Maison de l’Enfance, Centre Solidarité Action Sociale avec Orphelins Enfants Sida (OSI), Monastère et Centre de santé - maternité Sainte-Marie Oliénou (Bénédictins) à Bouaké ;
> Dispensaire, école et projet spiruline de Raffierkro ;
> Ecoles et centres d'apprentissage des Soeurs de Saint-Joseph (Taabo et Tiassalé) ;
> Société de l'Apostolat Catholique - Pallotins (Notre-Dame de la Paix, Yamoussoukro et Grand-Béréby) ;
> Saint-Philippe à Abobo (Jésuites et Xavières) ;
> Société des Missions Africaines (SMA) ;
> Pères Blancs
                    et tant d’autres...

Liens

Ambassade de Côte d'Ivoire en France
www.ambassadecotedivoire.fr
 
Ambassade de France
en Côte d'Ivoire

www.ambafrance-ci.org

_________



Le Fonds d'Action Saint-Viateur soutient les oeuvres ivoiriennes des :

 Clercs de Saint-Viateur
http://www.querbes.org
http://csviator.info
http://viateurs.fr


Soeurs de la Providence
http://soeursprovidence49.cef.fr

Xavières
www.xavieres.catholique.fr/-La-Xaviere-.html

Jésuites
www.jesuites.com/missions/hors_frontiere/lettre.htm

CERAP-INADES
www.cerap-inades.org

Salésiens
www.salesien.com
donboscoafo.org/sdbci


Maristes
www.maristes-france.org/spip218

Marianistes
www.marianistes.com/v5/index.php

Missions Africaines SMA
www.missions-africaines.net

Pères Blancs
http://peres-blancs.cef.fr
www.africamission-mafr.org


Filles de la Croix
www.fillesdelacroix.net

Soeurs de Saint-Joseph
http://stjosephlyon.org

Foyers Clair Logis
www.claireamitie.org/index.htm

Bénédictins de Bouaké
www.encalcat.com/les-fondations_36.php
bouakeolienou.centredesante.over-blog.com

Société de l'Apostolat Catholique (Pallotins)
www.ndpbasilique.org/accueil.php
www.pallotti-sac.org


Centre Solidarité Action Sociale Bouaké (OSI)
http://osi.bouake.free.fr/?-Centre-Solidarite-Action-Sociale-

Association Raffierkro
http://raffierkro.org/album.html